Justine Breton

  • Universitaires, scientifiques et historiens
  • Française

Présentation

Justine Breton est maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (INSPÉ de Troyes). Spécialiste de fantasy médiévaliste, elle étudie particulièrement les réécritures et les adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne. Elle a publié Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans (Classiques Garnier, 2019), plusieurs articles sur Game of Thrones, et est notamment co-autrice de l’ouvrage Une histoire de feu et de sang : le Moyen Âge de Game of Thrones avec Florian Besson (PUF, publication en 2020).

Programme

04 Mai 2020

Une fin en trompe-l’œil

Des espoirs apparemment brisés du jeune héros à l’accomplissement, malgré tout, de son destin tout tracé, d’un pouvoir féminin brièvement émancipateur à la diabolisation éculée des femmes puissantes, Game of Thrones invite à s’interroger sur les parcours tout tracés des personnages de fantasy. En s’appuyant sur une série de topoï du genre, inspirés principalement de la littérature épique et des contes de fées, Game of Thrones détourne peu à peu les pistes narratives dans ses premières saisons, suivant la trame établie par George R.R. Martin dans A Song of Ice and Fire, mais peine à proposer sur le long terme une alternative aux modèles efficaces de la fantasy. Dans une tentative de déconstruire ces topoï, la série finit à plusieurs reprises par sombrer de plus belle dans les clichés du genre, en particulier pour ce qui est de la relation des personnages au pouvoir. La dialectique construite tout au long des épisodes, faisant se confronter des représentations traditionnelles et des propositions innovantes pour le parcours des personnages, est finalement corrompue par le recours final à des schémas datés.

Étudier plus en détail le parcours de ces personnages, et notamment de ceux possédant des arcs narratifs longs et survivant donc jusqu’à la fin de la série, permet de souligner le caractère attendu de leur aboutissement1 – dans tout ce que la résolution des aventures implique de contradiction pour le spectateur, entre soulagement et déception. Il s’agira, dans cette intervention, d’approfondir une partie des pistes narratives explorées conjointement par Martin et les showrunners de la série, afin de comprendre comment et pourquoi la fin de Game of Thrones renoue avec les clichés de la fantasy après les avoir savamment déconstruits.

1 Game of Thrones, saison 8, épisode 6, “The Iron Throne”.

Avec la présence de :

08 Mai 2020

Avec Justine Breton et Florian Besson (Une histoire de feu et de sang : Le Moyen Age de Game of Thrones), Thierry Soulard et Aurélie Paci (La Garde de nuit, Les mystères du Trône de fer I et II). Table ronde animée par Anne Besson. 

Bibliographie

  • Florian Besson et Justine Breton (dir.), Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018. - Justine Breton

    Florian Besson et Justine Breton (dir.), Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018.

  • « Fantasy Between the Return to the Roots and the Shaping of the Future : The Case of T.H. White’s The Once and Future King », dans Fantasy Art and Studies, numéro 1, « Beyond Tolkien/Par-delà Tolkien », 2016, p.48-51. - Justine Breton

    « Fantasy Between the Return to the Roots and the Shaping of the Future : The Case of T.H. White’s The Once and Future King », dans Fantasy Art and Studies, numéro 1, « Beyond Tolkien/Par-delà Tolkien », 2016, p.48-51.

  • « Jon Snow : le nouveau roi Arthur de Game of Thrones ? », TV/Series [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017. - Justine Breton

    « Jon Snow : le nouveau roi Arthur de Game of Thrones ? », TV/Series [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017.

  • « Le paysage, la roche et le fer : que dit le décor d’Excalibur ? », revue Entrelacs, numéro spécial « Paysages en séries », 2016, p.51-63. - Justine Breton

    « Le paysage, la roche et le fer : que dit le décor d’Excalibur ? », revue Entrelacs, numéro spécial « Paysages en séries », 2016, p.51-63.