Jean-Christophe Blanchard

  • Universitaires, scientifiques et historiens
  • Française

Présentation

Auteur invité du comité d’histoire régionale- Région Grand Est.

Jean-Christophe Blanchard est docteur en Histoire de l’Université Nancy 2, aujourd’hui Université de Lorraine, où il travaille sur la Lorraine de la fin du Moyen Age au sein du CRULH (Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire EA3945). Sa thèse sur l’Armorial d’André de Rineck (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 3336) a été publiée aux éditions du Léopard d’Or en 2008. Spécialiste de l’héraldique, de la sigillographie, de la numismatique et de l’emblématique lorraine, ses recherches diachroniques portent également sur les hérauts d’armes et sur l’intégration des armoiries dans la communication des élites. Il a récemment publié D’alérions en alérions. Dix siècles d’images héraldiques lorraines (Haroué : Gérard Louis, 2012). Il est membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique.

Présence au festival

  Matin Après-midi
19 Mai 2022 Absente Absente
20 Mai 2022 Absente Absente
21 Mai 2022 Absente Présente
22 Mai 2022 Absente Absente

Programme

25 Mai 2019

CONFERENCE FLASH (15 mn)

« Alors que j’écris ces quelques lignes, je regarde, comme tous ou presque, la dernière saison de Games of Throne, alors que j’écris ces quelques lignes je ne connais pas la fin de l’histoire et pour calmer mon impatience je relis les cinq volumes déjà parus de la saga de George R. R. Martin. Je les relis en quête des emblèmes des principales maisons de Westeros. Quand je vous les présenterai, nous saurons qui des loups, des cerfs, des dragons ou des lions aura triomphé. Mais ces animaux ne sont pas les seuls emblèmes présents, Martin a en effet créé un monde symbolique bien plus vaste, vaste comme les contrées de son univers fantastique.

Inspiré de l’héraldique « traditionnel », le système emblématique mis en place dans les romans a, par sa forte puissance d’évocation symbolique, une grande importance dans le récit. Fort de la licence poétique, Martin a inventé des emblèmes inspirés des armoiries – on les utilise de la même manière : sur les écus et les bannières, sur les matrices de sceau, etc. – mais en s’autorisant des écarts importants avec certaines règles du Blason.

L’univers « martinien » plonge ses racines dans le Moyen Âge mais il n’est pas le Moyen Âge, les emblèmes « martiniens » plongent leurs racines dans l’héraldique mais ne sont pas des armoiries. Il n’en est pas moins vrai que ce sont des éléments centraux de la narration. Nous verrons comment et pourquoi, en insistant notamment sur le dragon des Targaryen. »

J.-C. BLANCHARD

Avec la présence de :