Jean-Pierre ANDREVON

  • Auteurs francophones
  • Français

Présentation

Peintre et illustrateur de livres pour la jeunesse, scénariste de bandes dessinées, auteurs de romans et nouvelles de science-fiction. Écrit au Fleuve noir sous le pseudonyme "Alphonse Brutsche".

Présence au festival

  Matin Après-midi
23 Mai 2019 Absent Absent
24 Mai 2019 Présent Présent
25 Mai 2019 Présent Présent
26 Mai 2019 Absent Absent

Programme

24 Mai 2019

25 Mai 2019

Bibliographie

  • 2015
    ActuSF

    Le Travail du Furet

    Centrum, futur proche. La maladie a été éradiquée par la science. Pour maintenir un certain niveau de vie et éviter la surpopulation, des tueurs mandatés par l’État doivent éliminer 400 000 personnes chaque année. Riche, pauvre, homme, femme, personne n’y échappe. Mais les victimes sont-elles vraiment désignées au hasard ? C’est lorsque le Furet commence à en douter que les ennuis lui tombent dessus... Aura-t-il la force de se rebeller ? Livre culte, naviguant entre polar et dystopie, Le Travail du Furet est un roman coup-de-poing, sans concession sur les dérives de nos sociétés. "Regardez qui vous effacez. Justement, on regarde pas, connard. On regarde pas, on efface. On efface, et on réfléchit pas."

  • 2014
    Gallimard - Collection Folio SF

    Sukran

    À Marseille, Roland Cacciari, militaire démobilisé après l'échec d'une piteuse croisade occidentale au Moyen-Orient, tente de survivre en jouant du guitarion à la terrasse des rapid-food. Il se fait remarquer par Éric Legueldre, richissime industriel proche de l'ultradroite qui lui propose de travailler comme veilleur de nuit au sein de son entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies. Roland vient, sans le savoir, de mettre le doigt dans un engrenage qui pourrait bien lui être fatal. Car son employeur a organisé un ignoble trafic d'êtres humains, concernant au premier chef les Maghrébins composant désormais 50% de la population marseillaise. Šukran est une fable de science-fiction qui prend des allures de thriller. Écrit il y a vingt ans, ce magnifique roman, qui a obtenu le Grand Prix de l'Imaginaire, reste d'une brûlante actualité.

  • 2013
    Gallimard - Collection Folio SF

    Gandahar

    Au royaume de Gandahar, sur la planète Tridan jadis colonisée par des êtres humains, une vie sereine et pacifique s'est établie, loin de la technologie et de ses instruments de mort. Mais voici que les oiseaux-miroirs, qui veillent aux limites de Gandahar, annoncent qu'une armée de robots destructeurs est en marche, menaçant l'existence même du royaume. Ces Hommes-machines invincibles viennent-ils de Tridan, de l'espace, ou bien d'une autre époque ? La Reine Ambisextra confie à un jeune servant, Sylvin Lanvère, la mission de le découvrir pour tenter de sauver Gandahar de ce péril mortel.

  • 2013
    La Clef d'argent - Collection Collection KholekTh

    Soixante-six synopsis, et autant d'histoires à écrire

  • 2012
    Pocket - Collection Pocket. Science-fiction

    La maison qui glissait

    Un immense fracas réveille Pierre. Le jour pointe, la chaleur est déjà étouffante dans l'appartement minuscule du 13e étage de sa tour de banlieue. Stupéfait, il découvre un panorama insolite en regardant par la fenêtre. Un brouillard poisseux bouche l'horizon, c'est à peine si Pierre distingue l'immeuble d'en face. Le brouillard, avec une telle canicule ? Ainsi débute le cauchemar pour tous les résidents de cette barre HLM soudain coupée du monde, une réclusion forcée qui va contraindre les habitants à s'organiser pour faire face à l'indicible et révéler la vraie nature de chacun. Car après tout, le pire n'est peut-être pas dans la brume…

  • 2011
    Black Coat Press - Collection Riviere Blanche

    Dimension, Galaxies

    Quinze récits de Science-Fiction publiés pour la première fois dans la revue Galaxies entre 1996 et 2007. Durant onze années, Galaxies s'est voulu un lieu de découverte et d'expérimentation pour les auteurs francophones. Au total, plus de cent textes originaux sont parus dans ses pages. En voici un florilège : Laissez la musique des étoiles vous envahir. Faites-vous inviter dans un ptimonde créé rien que pour vous. Plongez dans votre propre mémoire pour comprendre votre vie. Voyagez nus entre les étoiles. Choisissez de vivre éternellement, si vous l'osez. Découvrez ce que deviennent les stars du ballon rond dans un monde où tout s'achète. Dévorez votre partenaire. Soyez Ulysse, apprenez à penser comme un Martien, visitez les coulisses des guerres télévisées ou les recoins de Darwin Alley… Et apprenez à vous perdre en route, pour mieux vous retrouver.

  • 2011
    Flammarion - Collection Tribal

    Les Guerriers de la nuit

    Les guerriers de la nuit « Assemblés autour de lui : des Indiens, ces fameux cavaliers fantômes qu'il avait poursuivis en vain. Les peintures de guerre hachurant leur visage, brandissant arcs, lances, boucliers ornés de plumes. Surgis des ténèbres, ils sont les Guerriers de la nuit. » Parti en Arizona pour enquêter sur les meurtres de riches industriels sur le territoire indien, Val Santamaria, agent spécial du FBI, doit s'imprégner de l'esprit profond du peuple navajo. Mais les conflits les plus obscurs de son passé refont surface...

  • 2010
    Le Bélial - Collection Roman

    La Maison qui glissait

    Un immense fracas le réveille. Le tonnerre ? Peut-être… Le jour pointe, la chaleur est déjà étouffante dans l’appartement minuscule occupé par Pierre au 13e étage de sa tour de banlieue. Ensommeillé, il entrouvre le rideau de la fenêtre depuis son lit… et demeure pétrifié par le panorama qui se révèle à lui. Un brouillard poisseux bouche l’horizon, c’est à peine s’il distingue la silhouette de la tour des Tilleuls à quelques dizaines de mètres de là. Le brouillard, avec une telle canicule ?... Ainsi débute le cauchemar pour tous les résidents de cette barre HLM coupée du monde par un mur cotonneux qui semble abriter de terrifiantes créatures, une réclusion forcée qui va contraindre les habitants à s’organiser pour faire face à l’indicible et révéler la vraie nature de chacun. Car après tout, le pire n’est peut-être pas dans la brume… Et d’ailleurs, d’où vient-elle, cette brume ?

  • 2010
    Pocket - Collection Pocket. Science-fiction

    Le monde enfin, Récits d'une fin de monde annoncée

    Un vieil homme à cheval parcourt la France, vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d'une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt. En chemin, il traverse des villes envahies par la végétation et peuplées par des animaux sauvages, ainsi que quelques communautés de survivants octogénaires. Au crépuscule de sa vie, égrenant ses souvenirs, il veut une dernière fois voir la mer.Dans ce monde désert, quelques destins se croisent : une femme cherche désespérément à mettre un enfant au monde, l'équipage de la première expédition avortée vers une autre étoile atterrit en catastrophe. Mais l'existence de ces survivants n'est peut-être pas due au hasard : quel est ce météore bleu vif que les rescapés aperçoivent parfois dans le ciel ? Un espoir venu d'ailleurs ou le dernier signe de l'apocalypse ? Cet ouvrage a reçu le Prix Julia Verlanger

  • 2010
    Après la Lune - Collection LITTERATURE

    DERNIER DIMANCHE DE MONSIEUR LE CHANCELIER HITLER (LE)

  • 2009
    Nathan - Collection Les romans de la mémoire

    Vercors, Juillet-Août 1944 : La Forteresse sacrifiée, Vercors, juillet-août 1944

    En replaçant le lecteur au coeur des périodes difficiles de notre histoire, les Romans de la Mémoire, fondés sur une information historique rigoureuse, proposés par la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la défense, en partenariat avec les éditions Nathan, se veulent une contribution à son approche de la citoyenneté.

  • 2009
    Bragelonne - Collection Bragelonne SF

    Très loin de la terre

    Qui sont ces êtres mystérieux, venus du ciel, qui portent des armures scintillantes et poursuivent les meilleurs chasseurs du Clan des Hommes ? Roll, embarqué dans l’un des oiseaux de fer des envahisseurs, est condamné à combattre dans des arènes – car le Temps des Grandes Chasses est revenu. Mais il n’a pas oublié sa planète… C’est en l’an 2413 qu’a lieu le premier contact. Mais les vaisseaux étrangers attaquent – et l’arme absolue dont ils sont dotés risque fort de mener l’humanité à l’extinction. À moins d’arriver à communiquer avec eux, et de stopper enfin la Guerre des Gruulls. L’Hélios est le premier vaisseau à quitter le système solaire… pour échouer sur une planète inconnue, où les peuplades indigènes se révèlent parler anglais. Comment est-ce possible – et qui est ce Dieu de lumière ? Ce recueil réunit les romans Le Temps des Grandes Chasses, La Guerre des Gruulls et Le Dieu de lumière

  • 2009
    Mango - Collection Autres Mondes

    NOUVELLE AURORE

  • 2009
    La Clef d'argent - Collection Collection KholekTh

    C'est un peu la paix, c'est un peu la guerre / nouvelles, nouvelles

    Les nouvelles qui composent ce recueil ont été écrites entre 1960 et le début des années 2000. Certaines ont paru dans Fiction, Charlie Hebdo, Fluide Glacial. La plupart n'ont jamais été rééditées depuis. Contes surréalistes, fables rurales, micro-nouvelles de SF, pamphlets pacifistes ou écologistes... On songe à Jacques Sternberg, Clifford D. Simak, René Barjavel... Puis à Jean-Pierre Andrevon, tout simplement. Car on suit sans peine dans ce recueil, fruit de quarante ans d'écriture, un fil conducteur irrésistible: aujourd'hui comme hier, l'éternel retour de la bêtise humaine inspire à l'auteur les mêmes sentiments. Sa fiction, plus que jamais, en porte témoignage.

  • 2008
    Folio - Collection Folio SF

    Šukran

    À Marseille, Roland Cacciari, militaire démobilisé après l'échec d'une piteuse croisade occidentale au Moyen-Orient, tente de survivre en jouant du guitarion à la terrasse des rapid-food. Il se fait remarquer par Éric Legueldre, richissime industriel proche de l'ultradroite qui lui propose de travailler comme veilleur de nuit au sein de son entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies. Roland vient, sans le savoir, de mettre le doigt dans un engrenage qui pourrait bien lui être fatal. Car son employeur a organisé un ignoble trafic d'êtres humains, concernant au premier chef les Maghrébins composant désormais 50% de la population marseillaise. Šukran est une fable de science-fiction qui prend des allures de thriller. Écrit il y a vingt ans, ce magnifique roman, qui a obtenu le Grand Prix de la Science-Fiction française, reste d'une brûlante actualité. Šukran est une fable de science-fiction qui prend des allures de thriller. Écrit il y a vingt ans, ce magnifique roman, qui a obtenu le Grand Prix de la Science-Fiction française, reste d'une brûlante actualité.

  • 2008
    Atelier de presse - Collection L'atelier noir

    Les fantômes ne vieillissent jamais, roman

  • 2008
    Pocket - Collection Pocket. Science-fiction

    Un horizon de cendres

    Premier jour : Au loin, il y a votre voisin. Vous lui faites un signe avant de poursuivre votre route. Jusqu'au moment où vous réalisez qu'il est décédé depuis des semaines... Troisième jour : Vous ne décollez plus de la télé, qui enchaîne les émissions spéciales : partout dans le monde les morts reviennent. Apathiques, ils errent au royaume des vivants... Cinquième jour : Paralysé de trouille et de dégoût, vous regardez votre femme serrer dans ses bras, au beau milieu de votre salon, une chose qui, un jour, fut sa mère... Huitième jour : Votre femme vous a quitté après que vous avez réduit en cendres l'ignominie qu'elle appelait « maman ». Derrière vos volets cloués, alors que le chien ne cesse de geindre, ils rôdent. Neuvième jour : La télé diffuse un reportage au cours duquel on voit une de ces choses dévorer un chat vivant... Ils sont désormais des millions et vous ne vous posez qu'une question : mon monde n'est-il pas désormais le leur ?

  • 2008
    Flammarion - Collection Littérature française

    Sherman, roman

  • 2008
    Glyphe - Collection Imaginaires

    Tous ces pas vers l'enfer

  • 2006
    Sous le vent classiques - Collection Sous le vent

    Buveurs de vie

  • 2006
    Nathan - Collection Les romans de la mémoire

    FORTERESSE SACRIFIEE, Vercors, juillet-août 1944

  • 2005
    Soleil - Collection Mondes futurs

    2, Les chroniques de Centrum, Le furet de la colombe

  • 2005
    Bayard Jeunesse - Collection Les mondes imaginaires

    Le passager de la maison du temps

  • 2005
    Fleuve éditions - Collection RENDEZ-VOUS AIL

    Le monde enfin, récits d'une fin de monde annoncée

    Un vieil homme parcourt à cheval la France, vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d'une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt. Sur son chemin, il traverse des villes envahies par la végétation et peuplées par des animaux sauvages, ainsi que quelques communautés de survivants octogénaires. Au crépuscule de sa vie, égrénant ses souvenirs, il veut une dernière fois voir la mer. Dans ce monde désert, quelques destins se croisent : une femme cherche désespérément à mettre un enfant au monde, l'équipage de la première expédition avortée vers une autre étoile atterrit en catastrophe. Mais l'existence de ces survivants n'est peut-être pas due au hasard : quel est ce météore bleu vif que les rescapés aperçoivent parfois dans le ciel ? Un espoir venu d'ailleurs ou le dernier signe de l'apocalypse ?

  • 2005
    Mango - Collection Autres Mondes

    EXILE DE GANDAHAR (L')

  • 2004
    Éditions du Rocher - Collection Novella SF

    De vagues et de brume

  • 2004
    Maxi-livres - Collection Maxi poche jeunesse

    Le parking mystérieux

  • 2004
    Soleil - Collection Mondes futurs

    1, Les chroniques de Centrum / Le travail du Furet

  • 2004
    Gallimard - Collection FOLIO SCIENCE F

    Le travail du furet

    Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes du XXI

  • 2003
    Eden - Collection Eden fictions

    Jour des Morts

  • 2002
    Blanche GF - Collection Collection dirigée par Franck Spengler

    Toutes ces belles passantes, récits

  • 2002
    Mango - Collection Autres Mondes

    Les rebelles de Gandahar

  • 2002
    Bayard Jeunesse - Collection Estampille

    La fée et le géomètre

  • 2002
    Le cadran bleu - Collection Le cadran bleu

    Où sont passés les éléphants ?

  • 2001
    J'ai Lu - Collection J'ai lu. Fantasy

    Cauchemar, cauchemars!

  • 2001
    Presses Universitaires de Grenoble - Collection EMPREI DU TEMPS

    Je me souviens de Grenoble, il y avait des marrons et des hannetons

  • 2001
    J'ai Lu - Collection J'ai lu. Fantasy

    Le Travail Du Furet A L'intérieur Du Poulailler

  • 2001
    J'ai Lu - Collection J'ai lu. Fantasy

    La trace des rêves

  • 2001
    Milan poche - Collection Milan poche junior

    Un animal, des z'animots

  • 2001
    Éditions du Masque - Collection Masque Christie

    La cachette

  • 2001
    LE MASQUE - Collection Le masque

    OEIL DERRIERE L EPAULE

  • 2001
    NATHAN

    LES MAMMIFERES

  • 2001
    Nathan - Collection CONTES ET LEGENDES

    CONTES ET RECITS DES HEROS DE LA ROME ANTIQUE

  • 2000
    Folio - Collection Folio SF

    Gandahar, deux aventures de Sylvin Lanvère

    Au royaume de Gandahar, sur la planète Tridan jadis colonisée par des êtres humains, une vie sereine et pacifique s'est établie, loin de la technologie et de ses instruments de mort.Mais voici que les oiseaux-miroirs, qui veillent aux limites de Gandahar, annoncent qu'une armée de robots destructeurs est en marche, menaçant l'existence même du royaume. Ces Hommes-machines invincibles viennent-ils de Tridan, de l'espace, ou bien d'une autre époque ?La Reine Ambisextra confie à un jeune servant, Sylvin Lanvère, la mission de le découvrir pour tenter de sauver Gandahar de ce péril mortel. Le pacifique royaume de Gandahar, sur la planète Tridan jadis colonisée par les humains, est menacé par une armée de robots destructeurs.

  • 2000
    Le cadran bleu

    Le visiteur de l'anti

  • 2000
    les Ateliers du Tayrac - Collection Crayons de soleil

    Hou ! Lala, qu'est-ce que je tiens ce matin !

  • 1999
    Magnard jeunesse - Collection Les policiers

    Une nuit dans la tour de verre

  • 1999
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Les Crocs de l'enfance, nouvelles

    La peur et l'horreur sont là, habitant la vie de tous les jours, se dissimulant derrière les objets les plus quotidiens. Les jouets par exemple. La peur et l'horreur sont les compagnons de l'enfance. Jadis on s'amusait à se faire peur, maintenant on joue à épouvanter et à tuer son petit camarade, sa sœur, son frère... Le gris des choses est trompeur, l'habitude un maquillage habile, la banalité un masque commode derrière lequel les démons travaillent à notre perte. Il faudrait rester vigilant, faire quelque chose... Mais quoi ? Et puis, n'est-il pas déjà trop tard ?Des nouvelles pleines d'une menace sournoise et envahissante, des histoires placées sous le signe du malaise. Le cauchemar au quotidien.

  • 1999
    Flammarion - Collection Policier / Thriller

    Requiem pour dix cerveaux en fugue

  • 1999
    Table Ronde - Collection Vermillon

    Gueule de Rat, roman

    Bandeau de l'éditeur.

  • 1999
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Cap sur Gandahar, La Jeunesse de Sylvin Lanvère

    Alors que le jeune Sylvin Lanvère s'ennuie ferme sur les hauts plateaux du Wrath, tenaillé par ses trois tantes, voici qu'il prend la décision de s'enfuir, emportant avec lui un certain nombre d'objets, d'herbes... D'aventure en aventure, il se retrouve dans le ventre du grand Pfimouzz, une ville flottante et vivante qui met cap sur Gandahar.Cap sur Gandahar est le prologue humoristique et libertin d'un des grands classiques de la science-fiction française : Gandahar.

  • 1999
    Hachette - Collection Bibliothèque verte

    Les Portes de Gandahar

    Silvain Lanvère part sur les traces des descendants des premiers colons de la planète Tridan. Il lui faudra atteindre des mondes inconnus en franchissant les mystérieuses portes de Gandahar.

  • 1998
    Presses pocket - Collection Presses pocket

    Le Livre d'Or de Jean, anthologie

  • 1998
    Hachette jeunesse - Collection Bibliothèque verte

    Planète verte., Gorilles en péril

  • 1998
    Presses pocket - Collection Presses pocket

    Alain doremieux, anthologie

  • 1998
    Magnard jeunesse - Collection Les fantastiques

    Kofi et les buveurs de vie

  • 1998
    Baleine - Collection Instantanés de polar

    Cinq anguilles dans une botte d'humains

  • 1997
    Éd. de la Voûte

    Les morts ont la vie dure

  • 1997
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Gandahar

  • 1997
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Les Revenants de l'ombre, roman

    Hiver 1943. La France occupée. Un coin de Champagne où se dresse le château de Montalembert. Au cours des siècles, les prés et les bois environnants ont vu se dérouler bien des combats dont les victimes ont été ensevelies sur place. À ce stade de la guerre, le destin de l'Allemagne n'est pas encore scellé, mais le comte de Montalembert, collaborateur notoire, ainsi que ses complices, le savant nazi Otto Reissmann et l'officier S.S. von Rhumkorff, savent que l'armée allemande a déjà perdu beaucoup d'hommes et que ses réserves de soldats ne sont pas inépuisables... Que cachent les bruits terrifiants en provenance du château ? Comment expliquer cette chaleur étouffante qui fait fondre la neige autour du domaine ? Les hôtes du château auraient-ils entrepris de lever la plus incroyable des armées ?

  • 1997
    Baleine - Collection Instantanés de polar

    Blanche est la couleur des rêves

  • 1997
    Baleine - Collection Le Poulpe

    Papy end

  • 1997
    Le Livre de poche jeunesse - Collection Livre de Poche Jeunesse

    La nuit des bêtes, et autres histoires fantastiques d'animaux

    1?>La nuit des bêtes?>L'alerte atomique fut déclenchée un 19 septembre, à cinq heures de l'après-midi.Une alerte atomique, ça voulait dire que des fusées atomiques avaient été lancées quelque part sur la planète, et qu'elles allaient bientôt retomber autre part sur la planète, mais on ne savait pas où.Elles allaient retomber sur la tête de millions de gens innocents et elles exploseraient dans une lumière si vive que le soleil à côté paraîtrait une allumette qui flambe... Elles exploseraient avec un bruit si gigantesque qu'une pile d'assiettes se brisant dans la cuvette de l'évier semblerait un soupir en comparaison... Elles exploseraient avec une chaleur si forte que tout brûlerait, tout fondrait, comme neige au soleil !Là où les bombes tomberaient, tout le monde mourrait.C'est pour prévenir les gens, pour qu'ils aient le temps de se mettre à l'abri et aient une petite chance de ne pas mourir, que l'alerte avait été déclenchée dans tous les pays du monde, dans toutes les villes de France. Et, parmi celles-ci, dans la ville où habitait Clo.Clo s'appelait en réalité Clotilde, mais elle tenait à ce qu'on l'appelât Clo. Clo avait neuf ans. Elle était grande pour son âge, mince, elle avait les cheveux châtains, longs dans le dos, avec une frange sur le front qui lui mordait les yeux. Les yeux de Clo étaient très noirs et se posaient avec sérieux sur toutes les choses du monde.Lorsque les sirènes sonnèrent, Clo était seule chez elle. L'école finissait à quatre heures et demie. L'alerte ayant été déclenchée à cinq heures, elle avait eu tout le temps de rentrer : elle passait par la rue Longue (qui est en réalité très courte), la rue Mercadière, avec ses acacias plantés dans le trottoir, le square des Rosiers enfin, où il n'y avait pas de roses mais des balançoires et un toboggan. Après le square, c'était la rue Jolie-Madame (un nom qu'elle aimait), la rue où Clo habitait, au numéro 27, deuxième étage droite.Clo était seule chez elle à cinq heures parce que sa maman travaillait et que son papa était mort des siècles auparavant, quand elle avait six ans.Clo se souvenait encore d'un grand homme brun qui sentait le tabac à pipe, riait fort et, parfois, mais pas assez souvent, la soulevait dans ses bras et lui écrasait les joues de baisers piquants. Clo se souvenait aussi être allée voir papa à l'hôpital, une seule fois. Posé sur le lit blanc, sa tête sur l'oreiller blanc, papa ne paraissait plus si grand et ne riait plus. Il avait seulement souri et, en caressant la joue de Clo, il lui avait dit :« Il faut me promettre d'être toujours une gentille petite fille avec maman. »Clo avait promis, sans comprendre. Ensuite papa était mort et Clo avait compris.?>2?>Depuis son deuxième étage sans balcon, elle vit dans la rue des gens courir, avec des valises et des balluchons à bout de bras, elle entendit des gens parler, crier, pleurer. Une fois, à la campagne, dans une forêt, elle avait observé des fourmis courir en tout sens parce que maman avait dérangé avec un bâton une grosse maison de fourmis, faite d'aiguilles de pin.La sirène mugissait toujours, ouinnnnnhonnnn... ouinnnnhonnnnn..., la rue s'était peu à peu vidée de ses fourmis, mais Clo regardait encore, attendant elle ne savait quoi. Au début, elle avait été un peu effrayée. Maintenant, elle était seulement intriguée, presque amusée. Elle ne savait pas ce que c'était qu'une alerte atomique. Elle ne savait pas ce que c'était qu'une bombe atomique. Elle ne savait pas que quelque part dans le monde, il y a des fous qui...Elle ne le savait pas car, chez elle, maman ne parlait pas de ces choses-là.Dans la rue déserte, une grosse voiture noire passa lentement, avec un haut-parleur qui aboyait :

  • 1997
    Magnard jeunesse - Collection Les fantastiques

    Le parking mystérieux

  • 1997
    Hachette - Collection Bibliothèque verte

    Gandahar et l'oiseau

    1?>OÙ L'ON FAIT CONNAISSANCE AVEC LE HÉROS DE CETTE HISTOIRE : SYLVIN LANVÈRE, CHEVALIER SERVANT DE GANDAHAR?>Myrne Ambisextra, souveraine-maîtresse du royaume de Gandahar, envoya chercher Sylvin Lanvère au milieu de l'après-midi.La journée sur son déclin était d'une grande douceur — comme à vrai dire l'étaient les sept cent quarante-trois autres jours de l'année gandaharienne. Le royaume, situé à une distance raisonnable de l'équateur sur le vaste continent s'étendant du nord au sud de la planète Tridan, ne connaissait en toute saison que la tiédeur exquise d'un automne éternel.Assis sur un rocher poreux émergeant du sable au bord de l'eau, le chevalier Sylvin suivait des yeux, au-dessus de l'étendue bleu turquoise de la néo-mer de Transparence, le vol capricieux d'une centaine de créatures ailées. Cétonopes, verboiselles, archosaupes ? Le chevalier, à cause de la distance, ne pouvait trancher. Ses yeux d'un gris de métal doux protégés par une main en auvent sur son front, il plissait les paupières d'attention quand une voix s'éleva dans son dos.« Syl... Syl ! Un messager pour toi. »Sylvin se retourna en se levant. Grand et mince, athlétique néanmoins sans qu'il y parût, vêtu d'une simple tunique de soie irisée, ses cheveux blond doré chahutés par la brise marine lui battant les épaules, nul ne l'aurait pris pour un chevalier servant — et l'un des meilleurs ! Un instant sa silhouette se détacha sur l'horizon, puis il sauta de son rocher et courut à la rencontre de celle qui venait de le tirer de ses rêveries.La jeune fille qui approchait, sortant de la bulle cristalline ancrée plus loin sur la plage, était tout son contraire : petite et menue, le cheveu si noir qu'il en paraissait indigo, la peau d'un bleu ténu, aux ombres mauves. Le plus remarquable cependant était ses yeux, aux pupilles d'or pur, aux iris d'un violet incroyable. Son nom était Airelle, elle venait d'un village de la savane situé loin à l'est, sur les franges de Gandahar. C'est là qu'elle et Sylvin s'étaient connus, au cours d'aventures tragiques mais à la fin heureuse1...« Un messager ? Je ne me trompe pas en pensant qu'il s'agit de ce volatile ? »Sylvin désignait l'oiseau au long bec jaune, au plumage d'un noir brillant, qui s'agrippait de ses serres émoussées à l'épaule d'Airelle.« C'est bien lui..., murmura la jeune fille, gonflant ses lèvres framboise.— C'est bien moi ! glapit en même temps le mainastrate, se rengorgeant du jabot et battant des ailes.— Je m'en doutais. J'ai peur que la Reine... »Laissant sa phrase en suspens, le chevalier saisit la main d'Airelle. Ces deux-là s'étaient aimés le jour même de leur rencontre, ne s'avouant cet amour réciproque qu'une foisachevées les péripéties guerrières qui les avaient mis en présence. Ensuite ils ne s'étaient plus quittés, Sylvin Lanvère ayant préféré, aux fastes de la cour et au remue-ménage de la capitale, cette retraite à deux en bordure de la mer, sur la côte ouest de Gandahar.Ils cheminèrent ainsi en direction de la bulle, leurs pieds nus laissant dans le sable rose des empreintes profondes où se tortillaient de microscopiques croustilles en colère. Et pendant qu'ils cheminaient, l'oiseau messager les assourdissait de son bavardage incessant.« Sais-tu, chevalier, que ta souveraine-maîtresse a eu du mal, bien du mal à te contacter ? La Reine a d'abord envoyé avant-hier un machaon. Tu te rends compte ? Belle parure, certes, mais cervelle de papillon... Le pauvre niais a terminé sa carrière dans la toile d'une aragace, sa terrible agonie dûment enregistrée par son cristal-témoin. Hier, c'est un larmuzard qui prit le relai. Un larmuzard ! Tu peux me croire, chevalier : cervelle de saurien à sang lent. La bête s'est égarée dans les falaises de Rahamar, suivant une femelle de son espèce. Il n'a pas reparu. Ce matin enfin...— Je devine, dit Sylvin, lassé à moitié, à moitié amusé. Ce matin, ce fut toi.— Ce fut moi, et me voilà ! triompha le mainastrate en faisant claquer son bec crénelé de dents minuscules. Encore ai-je dû affronter...— Vas-tu te décider à m'apprendre ce que veut la Reine ? coupa le chevalier.— Oui... oui, servant. Mais vois-tu, ce vol de neuf heures d'affilée, ou peut-être bien dix, m'a creusé l'appétit et asséché les papilles. N'auriez-vous pas, vous deux, quelque asticot bien gras à me mettre dans le bec, et une coupe d'eau aromatisée au jus d'armophyse pour étancher ma soif ? »Les deux Gandahariens et l'oiseau bavard avaient atteint le porche nacré de la bulle — en réalité un corail à croissance contrôlée — que Sylvin et Airelle avaient choisi pour demeure. Le mainastrate dut se contenter de quelques tentacules de calmars nains et d'eau de source. Enfin il parla.Écoutant la voix jacassante de l'oiseau mutant, Sylvin sentait un pli soucieux se creuser entre ses sourcils. Sa main se referma si fort sur celle d'Airelle que la fille à peau bleue émit un petit cri de protestation.Les nouvelles que débitait mécaniquement le messager ailé n'étaient pas bonnes. Surtout, elles impliquaient que le chevalier servant reprît du service.***Gandahar était un royaume paisible, assoupi sur une planète qui l'était tout autant. Tridan, puisque c'est son nom, tournait sagement sur elle-même, et plus sagement encore autour d'un nonchalant soleil jaune très semblable à celui qui avait vu naître la Terre. Et c'étaient précisément des humains venus de la Terre qui avaient peuplé ce monde, à l'origine sans autre vie qu'animale, dans un passé si lointain que la plupart des habitants l'ignoraient, se croyant de bonne foi natifs de la planète qu'ils arpentaient.Seuls quelques savants, quelques archivistes, et bien entendu les dirigeants des divers royaumes qui se partageaient Tridan, connaissaient leur origine. Mais davantage comme une légende brumeuse que sous la forme d'une histoire concrète et datée qui, de toute façon, n'était pas enseignée.Pourquoi l'aurait-elle été ? Les liens avec la Terre étaient coupés depuis des millénaires... La planète-mère existait-elle encore ? Personne ne le savait, nul ne s'en souciait. Le plus probable était que le temps l'eût engloutie, comme toute civilisation mortelle. Et les Terriens de souche avec elle, comme toute espèce nécessairement éphémère.Quant à l'existence sur Tridan, où la science des vols stellaires avait été perdue, elle était si endormie, figée pourrait-on dire, que la planète paraissait vivre un éternel présent. En conséquence la connaissance du passé, ou les leçons qui auraient pu en être tirées, pouvaient sembler bien vaines. Sur Tridan on se levait avec le jour pour se coucher avec la nuit, meublant l'intervalle en fêtes, en concerts, activités artistiques ou artisanales et, pour certains, en joutes qui n'étaient que prétextes à d'autres fêtes.Pour le quotidien, nul besoin de travail et de sueur. La nature, prodigieusement généreuse, y pourvoyait, aidée par les mutations génétiques que les colonisateurs avaient introduites dans l'écologie de ce monde fertile et serein. Légumes et fruits poussaient en abondance tout au long de l'année, les animaux mutants, souvent d'une intelligence docile, servaient au transport et aux rares travaux de force.La paix par l'abondance régnait donc sur Tridan. Certes rien n'est jamais parfait, nulle part. De même que l'égalité absolue ne peut être qu'une vue de l'esprit. Ainsi une petite principauté de montagne pouvait-elle jalouser un vaste royaume de plaines, ou un territoire enclavé jouer des coudes pour se frayer un passage vers la mer à travers les champs d'un voisin...Le royaume de Gandahar était en principe à l'abri de ces querelles de voisinage. C'était le plus vieux, le plus grand, le plus riche, le plus puissant des États se partageant la planète. Par la force des choses, Gandahar était devenu en quelque sorte la conscience de Tridan, le garant de sa longue paix — bien que le royaume ne possédât aucune force militaire pour, le cas échéant, la faire respecter. Sous le règne aimable de Myrne Ambisextra, la surveillance discrète du monde alentour se poursuivait de manière routinière, grâce aux oiseaux-miroirs de la Reine.On ne saurait toutefois être trop prudent. Sans police ni armée, Gandahar possédait néanmoins son corps de chev...

  • 1996
    Encrage distribution - Collection Lettres-SF

    Manuscrit d'un roman de SF trouvé dans une poubelle, nouvelles

  • 1996
    Le Livre de poche jeunesse - Collection Livre de Poche Jeunesse

    Le jour du grand saut

    1?>« Henri, tu ne crois pas qu'il est temps d'y aller ? »Venant du rez-de-chaussée, la voix de maman a grimpé l'escalier pour pénétrer en coup de vent dans la chambre d'Henri. Il soupire. Y aller, ça veut dire à l'école, bien sûr.Et le lundi, après un jour et demi de tranquillité, c'est dur de s'y remettre. Surtout quant on a passé un dimanche entier à la maison, avec ses parents, avec papa en particulier, qui lui a construit avec des bouts de ferraille, des bouts de plastique, des bouts de trucs et de machins, un translateur intergalactique.C'est un engin fantastique, le translateur intergalactique. Il permet d'envoyer un être humain à l'autre extrémité de l'univers, par dissolution... non, par dissociation moléculaire. Il suffit de placer le sujet sous le rayon dissociateur, d'appuyer sur un bouton, et zip ! — disparu, le sujet.Le dissociateur trône sur sa table à devoirs. Il aimerait bien tenter encore l'expérience avec le cow-boy en plastique. Juste une fois ! Déjà son doigt avance vers le bouton magique. Mais, d'en bas, la voix de maman revient l'asticoter.« Henri ! Tu m'as entendue ? »Les mots ont claqué comme une gifle. Plus de temps à perdre ! Henri se détourne de son jouet de science-fiction, enfile son blouson vert pomme et saisit au vol son sac.Il jouera ce soir. Ou peut-être un tout petit moment entre midi et une heure, après manger. Le jouet bricolé par papa n'est évidemment pas aussi beau que ceux qu'on voit dans les vitrines. Le rayon dissociateur n'est qu'une petite ampoule de lampe de poche alimentée par une pile. Et le cow-boy ne va pas à l'autre extrémité de la galaxie, il se contente de tomber dans une trappe qu'ouvre le bouton quand on presse dessus. Mais ce qui est formidable, c'est qu'il s'agit d'un jouet fabriqué par papa.Justement papa est là quand Henri déboule au rez-de-chaussée et passe le nez par la porte de la cuisine où, un quart d'heure plus tôt, il a avalé en dix secondes le yaourt aux fruits du matin. Papa est assis à la table, il boit son café noir dans un grand bol qu'il tient dans sa grande main. Ses yeux, qui semblent posés sur le rebord du bol, se fixent sur son fils. L'un d'eux, le gauche, cligne.« Dépêche, bonhomme, tu vas être en retard... »Papa a reposé son bol. Le ton n'est pas sévère. D'ailleurs, à cause des plis en étoile au coin de ses yeux, il a toujours l'air de sourire, même quand il ne sourit pas.« J'y vais, p'pa ! » clame Henri en reculant dans le couloir.Il s'y heurte à maman, qui se penche pour poser un bisou sur sa joue. Elle s'est déjà relevée avant qu'il ait pu le lui rendre.« File, mon chéri. A tout à l'heure. »Elle a parlé un peu distraitement, lui tourne le dos. Dans la cuisine, elle va rejoindre papa, sur l'épaule de qui elle pose une main. Papa est grand, maman toute petite. Papa a les cheveux roux et frisés, maman les a noirs et plats. Ses yeux aussi sont noirs. Ceux de papa sont bleus. Maintenant ils se parlent, mais trop bas pour qu'Henri entende. D'ailleurs il doit filer, vite !C'est quand même drôle de toujours voir papa à la maison quand il part pour l'école. Avant, c'est-à-dire l'an dernier, il n'y avait que maman. Papa était au travail. Mais, depuis bientôt un an, il est au chômage. Alors il reste à la maison.Henri sort, rabat dans son dos le lourd battant de la porte. Du fond du jardin un bolide se précipite sur lui, se dresse, cale ses pattes sur ses épaules, lui balaie la figure de sa langue baveuse. Le bolide s'appelle Rox, c'est un chien, son chien, une bête jaune de race incertaine, qui ne tient pas en place et dont l'amitié est envahissante.« La paix, Rox ! Tiens-toi tranquille, mon vieux Roxy ! »Henri réussit à se dégager, Rox l'escorte jusqu'au portail, tournant autour de lui, jappant, mordillant le bas de ses pantalons. Le portail grinçant jamais fermé au verrou est repoussé sur le monstre, qui lance une dernière salve d'aboiements en voyant son jeune maître s'éloigner sur le trottoir.Henri a remonté la fermeture de son blouson. Il fait froid, un froid de novembre, qui pique le nez et les joues, qui surprend après la douceur d'octobre. Le ciel est tout gris, un gris de novembre. La rue aussi est grise, mais ça, ce n'est pas à cause du temps, c'est à cause de la barre des immeubles de la cité des Acacias, qui bouche tout l'horizon derrière sa maison. Il n'aimerait pas vivre là-bas. Il préfère sa maison avec le jardin.Huit heures et vingt minutes. Vingt et une, même. Aïe aïe aïe ! La classe commence à huit heures et demie pile, et l'école Albert-Einstein est à cinq cents mètres de la maison. Il va être en retard. Il l'est déjà. Pourquoi a-t-il autant traîné, ce matin ? Ah oui, le translateur intergalactique. S'il en avait un pour aller à l'école, tiens !Il laisse passer une petite file de voitures libérées par un feu rouge passé au vert, traverse la rue des Frères-Lumière. Ses jambes tricotent sur le trottoir où il est le seul passant, il longe un mur bas à l'arête mordue par l'âge, et soudain se fige devant un portillon en bois plus que branlant. Coup d'oeil entre les lattes, coup d'œil à gauche, coup d'oeil à droite... Toujours personne !

  • 1996
    Fleuve noir - Collection Aventures et mystères

    Chasse à mort

  • 1996
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 9, 18 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 9-18 récits de terreur)

    Le thème de l'obsession a inspiré tant d'écrivains qu'il fallait bien un second service, après le menu de Territoires..., VIII. Selon un principe désormais rodé, de grands noms du fantastique français et anglo-saxon côtoient ceux de jeunes auteurs qui sont loin d'avoir dit leur dernier mot...

  • 1995
    ALFIL - Collection Nouvelles et contes

    L'arche, suivi de Le bal

  • 1995
    Canaille - Collection Canaille-revolver

    Le dernier dimanche de Monsieur le Chancelier Hitler, roman

  • 1995
    Le Livre de poche - Collection biographie

    La trace des rêves

  • 1995
    Fleuve noir - Collection Aventures et mystères

    Le masque au sourire de crocodile

  • 1995
    Aventures sans Frontières - Collection Aventures sans frontières

    Huit morts dans l'eau froide

  • 1995
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 8, 18 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 8-18 récits de terreur)

    Par de grands noms du fantastique anglo-saxon (Bloch, McCammon, Matheson, Rasnic Tem, Tuttle) et des étoiles montantes de la francophonie (Blatrier, Dartevelle, Iss, Wintrebert), des «histoires d'obsession» pour établir la carte d'une réalité minée par les explosifs de l'imaginaire...

  • 1994
    Pleine lune

    La dernière pluie

  • 1994
    Seuil - Collection FDS Seuil

    L'Homme aux dinosaures

  • 1993
    Fleuve Noir

    Cauchemars d'acier

  • 1993
    Fleuve noir

    La mort blonde

  • 1993
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 7, 15 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 7-15 récits de terreur)

    La ménagerie des monstres revisitée par les maîtres américains du fantastique et de la terreur (Charles Beaumont, Ray Bradbury, Dean R. Koontz, Suzy McKee Charnas, Lisa Tuttle...) et les plus talentueux des auteurs français du genre (Jean-Pierre Andrevon, Richard Canal, Jean-Claude Dunyach, Raymond Milési...).

  • 1993
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Une mort bien ordinaire, nouvelles

    Cette jeune femme blonde assise en silence dans l'ombre verte d'un parc, est-ce une invitation à l'amour... ou à la mort ? Cette silhouette vaguement familière qui vous adresse des signes derrière la fenêtre de l'immeuble d'en face, à qui appartient-elle exactement ? Ce Muséum d'histoire naturelle où vous avez cent fois emmené votre fille voir ces animaux empaillés aux doux yeux de verre, ne serait-il pas un piège savamment camouflé ? Il faut se méfier du moindre signe, du moindre lieu, surtout s'ils paraissent anodins. Un geste machinal, un pas de trop, et vous vous retrouvez là où vous n'avez pas envie d'aller, où personne n'a envie d'aller. Là où conduisent pourtant, aussi inéluctablement que les vies les plus ordinaires, ces dix nouvelles en forme d'itinéraire dans les sables mouvants de la réalité.

  • 1993
    Fleuve Noir

    Coup de sang

  • 1993
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 6, 16 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 6-16 récits de terreur)

    Entrez dans les hantises au quotidien telles que les débusquent et les décrivent les maîtres américains du fantastique (Ray Bradbury, Fritz Leiber, Robert McCammon, Richard Matheson) et les plus talentueux des auteurs français du genre (J.-M. Ligny, Wildy Petoud, Daniel Walther...).

  • 1993
    Éd. l'Incertain

    Incendie d'août, roman

  • 1992
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 4, 16 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 4-16 récits de terreur)

    Cette fois, c'est au tour du bon vieux mythe des vampires d'être décortiqué : loin de la Transylvanie, ils ont toujours bon croc, bon œil et se cachent parmi nous, dans les salons de coiffure, dans les hôtels, sur les aires de repos des autoroutes et même dans les jardins d'enfants...

  • 1992
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Le reflux de la nuit, roman

    Une ville presque anonyme. Des rues, des places, un cimetière où se rend tous les jours un homme dont la vie a été brisée par une cruelle disparition. C'est pour lui plus qu'un pèlerinage : une obsession qui cède le pas à une autre quand, à la suite d'un de ces marchés fous comme on en conclut par désespoir, l'idée d'une possible résurrection de la femme aimée fait son chemin. Ce bruit nocturne, cette trace sur le palier, cette ombre entr'aperçue... Et si c'était elle ? Du coup, Pierre Merlin oublie de se poser deux questions autrement importantes : les morts apportent-ils aux vivants qui les ont appelés la présence désirée... ou autre chose ? Et s'ils se révèlent insupportables, comment se débarrasser d'eux ?

  • 1992
    Fleuve noir - Collection Crime Fleuve noir

    Leur tête à couper

    Editions Crime fleuve noir. Photo en couverture de Alain Choisnet/ The Image Bank.

  • 1992
    Nathan - Collection Arc en poche Nathan

    La fée et le géomètre

    Arc en Poche, Nathan. Illustrations de Pic.

  • 1992
    Car rien n'a d'importance - Collection Collection Ab irato

    La nécessité écologique, pamphlet

  • 1992
    Fleuve noir

    Comme une odeur de mort

  • 1992
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 5, 16 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 5-16 récits de terreur)

    Des autoroutes vraiment interminables, une mouche particulièrement odieuse, des lettres d'amour pour un amour impossible, une perte d'identité conduisant au néant : des dérives au bout de mondes piégés signées Bradbury, Matheson, Sladek, Curval, Tuttle, Rasnic Tem, Finney...

  • 1991
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 2, 17 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 2-17 récits de terreur)

    Le deuxième volume d'une série d'anthologies consacrée à la terreur et au fantastique contemporains. De la demi-teinte à la démesure, un train fantôme conduit Stephen King, K.W. Jeter, Fritz Leiber, Richard Matheson et autres maîtres du genre...

  • 1991
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 1, 16 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 1-16 récits de terreur)

    Le premier volume d'une série d'anthologies consacrée à la terreur et au fantastique contemporains. De la demi-teinte à la démesure, un train fantôme conduit Stephen King, K.W. Jeter, Fritz Leiber, Richard Matheson et autres maîtres du genre...

  • 1991
    Denoël - Collection Présence du Fantastique

    Territoires de l'inquiétude., 3, 15 récits de terreur, Territoires de l'inquiétude (Tome 3-15 récits de terreur)

    Signée des grands noms du fantastique contemporain et d'autres à découvrir, une exploration de la plus universelle de nos angoisses : la mort. Une étude en forme d'exorcisme puisque la mort, vue sous les espèces du simple néant, y apparaît comme un moindre mal...

  • 1991
    Car rien n'a d'importance - Collection Collection Chutes de Massicot

    Les chats d'Andrevon

  • 1991
    Car rien n'a d'importance éd.

    Tout va mal !

  • 1991
    Fleuve Noir - Collection Anticipation

    Ce qu'il y avait derrière l'horizon

  • 1990
    Gallimard Jeunesse - Collection Folio Cadet - Premiers Romans

    Chères bêtes

  • 1990
    Fleuve noir - Collection Anticipation

    Les Enfants de Pisauride

    Collection Anticipation. Couverture illustrée par Andrevon.

  • 1990
    Le Livre de poche - Collection biographie

    Le travail du furet

  • 1990
    Anticipation - Collection Anticipation

    Visiteurs d'apocalypse

    Collection Anticipation. Couverture illustrée par Andrevon.

  • 1990
    Car rien n'a d'importance

    Six étages à monter, nouvelles

  • 1989
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Šukran, roman

    «Je m'appelle Roland Cacciari. Je suis un démo, un laissé. Entendez un démobilisé, un laissé-pour-compte de la Croisade Anti-islamique européenne qui, il y a un an de cela, s'ensablait lamentablement en Libye. Je suis aussi un tasseur de semelle. Entendez un gratteur de guitarion qui essaie de gagner quelques pétros à la terrasse des rapid-food de Marseille. Marseille, la Venise du pauvre, dite aussi «Pieds-dans-l'eau» depuis l'inexorable élévation du niveau des mers. Marseille où vivent plus de 50 % d'émigrés maghrébins, et où je vais découvrir l'ignoble trafic dont ils sont l'objet au nom de la revanche... Mais cela est une autre histoire. Celle de la façon dont j'ai appris à dire merci en arabe.

  • 1989
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Cela se produira bientôt, nouvelles

    Belle fille, Illona. Mais tellement étrange. Avec un goût d'ailleurs... Les chômeurs ? Facile : qu'on les envoie sur Mars ! Et ces millions de fourmis, là, en bas ? Les prisonniers chinois de la Troisième Guerre mondiale. Et tout ce CO2 balancé dans la stratosphère ? Vous allez voir qu'à force de bouleverser le climat, ça va nous ramener les dinosaures... Troisième livre de Jean-Pierre Andrevon en Présence du Futur, ce recueil de nouvelles, originellement paru en 1971 et épuisé depuis longtemps, était devenu un classique introuvable. Le voilà enfin réédité sous des habits neufs, complété par deux textes jamais repris en recueil ainsi que par une importante postface dans laquelle l'auteur raconte avec verve ses débuts littéraires au sein de la S.-F. française. Nouvelle édition revue, augmentée et postfacée par l'auteur

  • 1989
    Fleuve noir

    Comme une odeur de mort

  • 1989
    Anticipation

    Le temps cyclothymique

  • 1989
    Ed. Car rien n'a d'importance

    Attention science-fiction, et écologie !

  • 1988
    Anticipation - Collection Collection Anticipation

    Le dieu de lumière

  • 1988
    Science-Fiction - Collection Science-fiction

    Ce qu'il y avait derrière l'horizon

  • 1986
    La Découverte - Collection Fictions

    Ne coupez pas !, nouvelles

    'Fictions', coll. dir. par J.P. Andrevon, D. Douay et P. Duvic.

  • 1986
    Magnard

    Bandes interdites

  • 1986
    Fleuve Noir - Collection Collection Gore

    Cauchemars de sang

  • 1985
    Centre de création littéraire - Collection Les Nouvelles nouvelles

    L'Œil de la lune, treize nouvelles fantastiques

  • 1985
    Glénat

    Matricule 45000 ., 2, Neurones trafic

    Matricule 45.000

  • 1985
    Fleuve Noir - Collection Anticipation

    Le Premier Hybride

    Collection Anticipation. Couverture illustrée parDoc Young Artists et Vloo.

  • 1985
    Fleuve noir

    La Guerre des gruulls

  • 1984
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Hôpital Nord, nouvelles

  • 1984
    Denoël - Collection Présence du Futur

    C'est arrivé mais on n'en a rien su, nouvelles

    Et si Gérard Philipe, Boris Vian, Albert Camus, avaient été encore en vie en Mai 68 ? Et si cette belle histoire de Nativité, avec Marie, Joseph, l'âne, le bœuf, n'avait caché que la lutte coloniale de deux empires stellaires visant la Terre ? Et si la conquête de l'espace n'avait pas débuté avec le Spoutnik et la NASA, mais remontait au contraire à l'ère paléolithique ? Et si le Reich allemand, selon les paroles d'Adolf Hitler, avait effectivement duré mille ans ?... Histoires dans l'Histoire, Histoire parallèle ou détournée, petites histoires cachées dans les plis de la grande ? Mais non, vous n'y êtes pas : c'est arrivé... mais on n'en a rien su ! Onze textes insolites, acerbes, drôles ou méchants, où Jean-Pierre Andrevon joue avec des personnages, des légendes, des anecdotes, des situations que l'on croyait bien connaître, et qui pourtant...

  • 1984
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Le désert du monde

    Une assemblée silencieuse de cadavres, voilà ce que l'homme trouve à son réveil dans ce petit village en apparence si paisible... Que s'est-il passé ? Et surtout qui est-il, lui, et quelle place tient-il dans cet holocauste où il est le seul survivant ? Car l'homme est sans mémoire, il n'a pas de passé, pas d'identité. Son existence va désormais se confondre avec cette double quête : découvrir le passé du monde et retrouver son propre passé. mais quand il y parviendra, ce sera trop tard, bien trop tard... Ce thème traditionnel en science-fiction qu'est la fin de l'homme et la mort de la Terre, Andrevon le renouvelle en visionnaire avec une rare intensité dramatique et une crédibilité totale.

  • 1984
    Fleuve Noir - Collection Super luxe Fleuve noir

    Un Froid mortel

  • 1984
    Fleuve Noir - Collection Anticipation

    Soupçons Sur Hydra

    Collection Anticipation. Couverture illustrée parDoc Young Artists et Vloo.

  • 1983
    Gallimard Jeunesse - Collection Folio Cadet - Premiers Romans

    La nuit des bêtes

  • 1983
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Il faudra bien se résoudre à mourir seul, nouvelles

    Cet homme est enfermé avec dix femmes dans un bunker inexpugnable. Celui-là est le Gardien d'une Terre désertée par ses habitants. Cet enfant perdu n'a, pour l'élever, qu'une tribu de robots domestiques retournés à la sauvagerie. Cette femme arpente désespérément une France vide, à la recherche d'un compagnon. Cet autre homme a pour domicile Paris, un Paris livré aux animaux... Cataclysme brutal ou fin du monde rampante, isolement volontaire ou plongée dans une expérience hors du commun, huit situations qui ont un dénominateur commun : la solitude. Et huit personnages qui, à travers huit nouvelles sarcastiques ou tendres, poétiques ou dramatiques, drôles ou oniriques, ne peuvent avoir que cette certitude : il faudra bien se résoudre à mourir seul.

  • 1982
    Denoël - Collection Présence du Futur

    L'Immeuble d'en face, nouvelles

    Vous êtes tous un jour ou l'autre passés devant l'immeuble d'en face. Peut-être même est-il en face de chez vous, précisément. C'est un immeuble de cinq étages, banal en apparence, sans histoires. Sans histoires ?... Mais quelles sont ces inquiétantes lueurs qui filtrent à travers les volets du célibataire du rez-de-chaussée ? Où est passé son voisin, le gendarme retraité ? Que va découvrir Georges, l'infirme du second, en voulant monter à l'étage du dessus ? À quelle guerre impossible se livre la famille Goulot ? Pourquoi la petite Amélie, du quatrième, est-elle irrésistiblement attirée par l'évier de sa cuisine ? Et que fabrique donc l'Australien, le dingue du cinquième, avec ses planches et ses clous ? Oui, il s'en passe de belles, dans l'immeuble d'en face ! Mais au fait... si c'était chez vous ?

  • 1982
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Aujourd'hui, demain et après, nouvelles

    Aujourd'hui, demain et après, premier recueil de nouvelles de Jean-Pierre Andrevon, fut publié originellement en 1970. En voici aujourd'hui une réédition revue et corrigée par l'auteur, et qui comprend, outre les textes d'origine (dont certains sont devenus des «classiques» repris dans de nombreuses anthologies), deux atouts importants : Le Temps du grand sommeil, une virulente fiction politique parue en 1971 dans la revue Fiction, et L'Homme qui fut douze, une satire des classiques histoires planétaires. Un ensemble qui rend bien compte des deux qualités majeures de son auteur : humour et férocité.

  • 1981
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Neutron et autres contes d'apocalypse, Nouvelles (et commentaires)

    Dans les arsenaux des grandes puissances repose une force atomique équivalente à 25 tonnes de T.N.T. par habitant de la planète. À la fin du siècle, ou avant, 20 nations posséderont l'arme nucléaire. Les accords SALT ne sont entre les mains des Grands qu'un chiffon de papier. En France, on met tranquillement en chantier la bombe à neutrons. En France, un député de la majorité déclare tranquillement que notre force de frappe passera avant 10 ans d'une capacité de 200 millions de morts chez l'adversaire à une capacité de 600 millions de morts. Ce livre n'est que la suite logique de ces postulats de base. Il reste à espérer qu'il s'agisse vraiment de science-fiction...

  • 1981
    Casterman - Collection L'Ami de poche

    La Fée et le géomètre

    Illustré par Enki Bilal.

  • 1981
    Librairie des Champs-Elysées GF

    Histoires terribles d'animaux

  • 1980
    Denoël - Collection Présence du Futur

    L'oreille contre les murs

    Un enquêteur qui va pourchasser l'âme des trépassés de la route dans un cimetière d'automobiles. Un jeune homme romantique saisi d'un mortel amour pour une amante exigeante : sa maison. Un sculpteur donnant vie à des figurines évoquant quelque effrayant futur. Un petit cinéma de quartier où le spectateur risque sa peau au même titre que les personnages des films... Et onze autres récits où le fantastique n'emprunte les décors les plus quotidiens que pour mieux nous déconcerter. Des récits du silence, à écouter... l'oreille contre les murs.

  • 1980
    Denoël - Collection Présence du Futur

    L'oreille contre les murs

    Un enquêteur qui va pourchasser l'âme des trépassés de la route dans un cimetière d'automobiles. Un jeune homme romantique saisi d'un mortel amour pour une amante exigeante : sa maison. Un sculpteur donnant vie à des figurines évoquant quelque effrayant futur. Un petit cinéma de quartier où le spectateur risque sa peau au même titre que les personnages des films... Et onze autres récits où le fantastique n'emprunte les décors les plus quotidiens que pour mieux nous déconcerter. Des récits du silence, à écouter... l'oreille contre les murs.

  • 1980
    Denoël - Collection Présence du Futur

    L'oreille contre les murs

    Un enquêteur qui va pourchasser l'âme des trépassés de la route dans un cimetière d'automobiles. Un jeune homme romantique saisi d'un mortel amour pour une amante exigeante : sa maison. Un sculpteur donnant vie à des figurines évoquant quelque effrayant futur. Un petit cinéma de quartier où le spectateur risque sa peau au même titre que les personnages des films... Et onze autres récits où le fantastique n'emprunte les décors les plus quotidiens que pour mieux nous déconcerter. Des récits du silence, à écouter... l'oreille contre les murs.

  • 1980
    Librairie des champs Elysées

    Le reflux de la nuit, roman

  • 1980
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Compagnons en terre étrangère (Tome 2)

    Tome I : Des chats mutants dans une France d'après la pénurie. Un État policier européen d'où l'on ne s'échappe que grâce aux drogues chronolytiques. Un petit village visité par un cirque bien étrange. La fin de la dernière ville sur une Terre agonisante. Les Planificateurs à l'œuvre dans Le Désert du monde. La victoire des écologistes aux élections de 84, et ses conséquences sur la natalité... Six nouvelles dont la particularité est d'avoir été écrite en collaboration, le maître d'œuvre, Jean-Pierre Andrevon, ayant chaque fois un partenaire différent. Dans l'ordre : René Durand, Christine Renard, Patrice Duvic, Pierre Christin, Michel Jeury et François Brugère. Cette tentative originale d'écriture collective forme un cycle de deux volumes. Tome II : Un survivant du vieux monde face à la nouvelle société écotopique. La bonne vieille invasion de la Terre, avec un génocide qui ne laisse survivre... que les prêtres ! Un terroriste palestinien reconditionné par Israël. Une expérience sur la fusion nucléaire qui tourne mal. Des rêves cachant une sinitre réalité. L'envol de l'humanité pour une civilisation du plus léger que l'air. Un volume qui forme la deuxième partie du cycle des Compagnons en Terre étrangère, pour lequel le maître d'œuvre Jean-Pierre Andrevon s'est chaque fois choisi un partenaire différent. Dans l'ordre : Bernard Blanc, Daniel Walther, George W. Barlow, Dominique Douay, Alain Dorémieux et Philippe Cousin. Une tentative d'écriture collective unique en son genre en France.

  • 1979
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Dans les décors truqués

    Vous êtes un petit garçon apeuré pour lequel sa mère n'a que cette expression désabusée : «Il se noierait dans un verre d'eau» ; étudiant, militaire, dans la vie professionnelle, la petite phrase vous poursuivra, jusqu'au dernier voyage. Vous êtes le promeneur tranquille d'un quotidien dimanche de printemps ; et soudain, à l'horizon, grandit la fleur d'apocalypse d'une explosion nucléaire. Vous êtes un soldat entraîné dans une guerre absurde. Vous êtes un jeune homme que la débâcle de juin 40 amène à se réfugier chez un oncle qui poursuit de bien curieuses recherches temporelles. Vous êtes un paysan d'aujourd'hui, plus intéressé par les problèmes économiques que par l'étrange visiteur tombé dans le champ d'à côté. Où est la réalité ? Où est le rêve, le cauchemar, le mensonge ? Et sait-on quand et où l'on passe la frontière ? Ces cinq voyages dans les décors truqués ne donnent pas la réponse.

  • 1979
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Compagnons en terre étrangère (Tome 1)

    Tome I : Des chats mutants dans une France d'après la pénurie. Un État policier européen d'où l'on ne s'échappe que grâce aux drogues chronolytiques. Un petit village visité par un cirque bien étrange. La fin de la dernière ville sur une Terre agonisante. Les Planificateurs à l'œuvre dans Le Désert du monde. La victoire des écologistes aux élections de 84, et ses conséquences sur la natalité... Six nouvelles dont la particularité est d'avoir été écrite en collaboration, le maître d'œuvre, Jean-Pierre Andrevon, ayant chaque fois un partenaire différent. Dans l'ordre : René Durand, Christine Renard, Patrice Duvic, Pierre Christin, Michel Jeury et François Brugère. Cette tentative originale d'écriture collective forme un cycle de deux volumes. Tome II : Un survivant du vieux monde face à la nouvelle société écotopique. La bonne vieille invasion de la Terre, avec un génocide qui ne laisse survivre... que les prêtres ! Un terroriste palestinien reconditionné par Israël. Une expérience sur la fusion nucléaire qui tourne mal. Des rêves cachant une sinitre réalité. L'envol de l'humanité pour une civilisation du plus léger que l'air. Un volume qui forme la deuxième partie du cycle des Compagnons en Terre étrangère, pour lequel le maître d'œuvre Jean-Pierre Andrevon s'est chaque fois choisi un partenaire différent. Dans l'ordre : Bernard Blanc, Daniel Walther, George W. Barlow, Dominique Douay, Alain Dorémieux et Philippe Cousin. Une tentative d'écriture collective unique en son genre en France.

  • 1979
    Éditions Jean Goujon

    Les Revenants de l'ombre, roman

  • 1978
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Paysages de mort

    Vous étiez bien tranquille, dans votre cave : un peu de grain, un peu de viande, des femelles à volonté. Vous étiez un rat heureux. Et puis les autres, ceux des étages supérieurs, ces malfaisants bipèdes qu'on appelle les Hommes, sont venus déverser sur vous des gaz toxiques. Votre havre de paix s'est transformé en piège de mort. Vous étiez bien tranquille, sur votre planète : un peu d'amour, un peu d'air pur, un peu de verdure. Et en plus, le rêve de conquérir l'espace. mais ces malfaisants bipèdes qu'on appelle les Hommes se sont engloutis eux-mêmes sous leurs ordures, et votre planète de rêve s'est transformée en planète de mort. Ce recueil illustre les étapes d'un voyage immobile à travers treize Paysages de Mort.

  • 1977
    le Dernier terrain vague - Collection Collection Changer de fiction

    C'est tous les jours pareil

  • 1977
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 3)

    La science-fiction souriante, de nos jours, ça se fait rare, et ce n'est pas un hasard : c'est que le monde, la société, la vie, comme on voudra, offrent peu de prétexte à sourire. C'est pourquoi Retour à la terre, troisième du nom, ne reculant devant aucun sacrifice, commence par un texte d'une extrême drôlerie : «La guerre du pou.» Il s'agit, on s'en doutera, d'une satire antiguerrière et antimilitaire. C'est une cible de choix, mais il y en a d'autres, visées dans le cours du volume : la technologie, le travail, l'atome dit pacifique, le racisme - entre autres. Autant dire que cette anthologie, comme les deux précédentes, ne décolle du réel que pour y retomber à pieds joints.

  • 1977
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 3)

    La science-fiction souriante, de nos jours, ça se fait rare, et ce n'est pas un hasard : c'est que le monde, la société, la vie, comme on voudra, offrent peu de prétexte à sourire. C'est pourquoi Retour à la terre, troisième du nom, ne reculant devant aucun sacrifice, commence par un texte d'une extrême drôlerie : «La guerre du pou.» Il s'agit, on s'en doutera, d'une satire antiguerrière et antimilitaire. C'est une cible de choix, mais il y en a d'autres, visées dans le cours du volume : la technologie, le travail, l'atome dit pacifique, le racisme - entre autres. Autant dire que cette anthologie, comme les deux précédentes, ne décolle du réel que pour y retomber à pieds joints.

  • 1977
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 3)

    La science-fiction souriante, de nos jours, ça se fait rare, et ce n'est pas un hasard : c'est que le monde, la société, la vie, comme on voudra, offrent peu de prétexte à sourire. C'est pourquoi Retour à la terre, troisième du nom, ne reculant devant aucun sacrifice, commence par un texte d'une extrême drôlerie : «La guerre du pou.» Il s'agit, on s'en doutera, d'une satire antiguerrière et antimilitaire. C'est une cible de choix, mais il y en a d'autres, visées dans le cours du volume : la technologie, le travail, l'atome dit pacifique, le racisme - entre autres. Autant dire que cette anthologie, comme les deux précédentes, ne décolle du réel que pour y retomber à pieds joints.

  • 1976
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 2)

    Tome I : «L'avenir n'est plus ce qu'il était, a écrit Arthur C. Clarke. Eh oui ! La S.F. de papa a cédé le pas à la S.F. de fiston, une S.F. chevelue, contestataire, lucide, plus terre à terre (ou, ce qui revient au même, plus Terre à Terre), une S.F. qui devient de plus en plus (je parle de la bonne, bien sûr !) le vecteur des idées écologiques, des combats écologiques.... Je ne veux pas dire que les textes ici représentés soient "engagés" dans cette direction, je veux dire simplement qu'ils l'annoncent, qu'ils possèdent une coloration qui sera bientôt celle de tous les récits majeurs d'une science-fiction qui est en train de tourner sa veste, qui s'est dépouillée de ses oripeaux, de son armure de fausse futurologie. Certes, la plupart des nouvelles de Retour à la Terre parlent de la fin du monde, mais elles semblent nous avertir que la fin du monde sera verte ou ne sera pas. C'ets déjà ça...» Tome II : «Le rôle de l'écrivain, a dit J.G. Ballard, me paraît désormais être, non plus d'ajouter de la fiction au monde, mais de retrouver les éléments de réalité dans une débauche de fictions.» «En effet, répond Jean-Pierre Andrevon, retournons sur Terre, où nous attendent la pollution et les tyrannies, la guerre nucléaire et les révolutions morales et sexuelles, les soubresauts sociaux et la mise en coupe réglée de l'environnement, les tripatouillages génétiques et la découverte des énergies douces, la montée de l'électro-fascisme et le fichage électronique, la fin du monde et le début d'un monde nouveau - peut-être.» Tel est le lieu géométrique de cette anthologie. Tome III : La science-fiction souriante, de nos jours, ça se fait rare, et ce n'est pas un hasard : c'est que le monde, la société, la vie, comme on voudra, offrent peu de prétexte à sourire. C'est pourquoi Retour à la terre, troisième du nom, ne reculant devant aucun sacrifice, commence par un texte d'une extrême drôlerie : «La guerre du pou.» Il s'agit, on s'en doutera, d'une satire antiguerrière et antimilitaire. C'et une cible de choix, mais il y en a d'autres, visées dans le cours du volume : la technologie, le travail, l'atome dit pacifique, le racisme - entre autres. Autant dire que cette anthologie, comme les deux précédentes, ne décolle du réel que piur y retomber à pieds joints.

  • 1975
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Repères dans l'infini

    À force de rêver dans une chambre à illusions, il a fini par sombrer dans le monde de ses fantasmes, et refuse de retrouver la sombre réalité... Sur la planète Vénus, il avait cru trouver une statue sculptée par une race autochtone... Mais ce n'était qu'un mirage, un caprice des vents de sable. Dix nouvelles poétiques et pleines d'invention, qui marquent dix étapes de la conquête de l'espace.

  • 1975
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 1)

    «L'avenir n'est plus ce qu'il était, a écrit Arthur C. Clarke. Eh oui ! La S.F. de papa a cédé le pas à la S.F. de fiston, une S.F. chevelue, contestataire, lucide, plus terre à terre (ou, ce qui revient au même, plus Terre à Terre), une S.F. qui devient de plus en plus (je parle de la bonne, bien sûr !) le vecteur des idées écologiques, des combats écologiques.... Je ne veux pas dire que les textes ici représentés soient "engagés" dans cette direction, je veux dire simplement qu'ils l'annoncent, qu'ils possèdent une coloration qui sera bientôt celle de tous les récits majeurs d'une science-fiction qui est en train de tourner sa veste, qui s'est dépouillée de ses oripeaux, de son armure de fausse futurologie. Certes, la plupart des nouvelles de Retour à la Terre parlent de la fin du monde, mais elles semblent nous avertir que la fin du monde sera verte ou ne sera pas. C'est déjà ça...»

  • 1975
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 1)

    «L'avenir n'est plus ce qu'il était, a écrit Arthur C. Clarke. Eh oui ! La S.F. de papa a cédé le pas à la S.F. de fiston, une S.F. chevelue, contestataire, lucide, plus terre à terre (ou, ce qui revient au même, plus Terre à Terre), une S.F. qui devient de plus en plus (je parle de la bonne, bien sûr !) le vecteur des idées écologiques, des combats écologiques.... Je ne veux pas dire que les textes ici représentés soient "engagés" dans cette direction, je veux dire simplement qu'ils l'annoncent, qu'ils possèdent une coloration qui sera bientôt celle de tous les récits majeurs d'une science-fiction qui est en train de tourner sa veste, qui s'est dépouillée de ses oripeaux, de son armure de fausse futurologie. Certes, la plupart des nouvelles de Retour à la Terre parlent de la fin du monde, mais elles semblent nous avertir que la fin du monde sera verte ou ne sera pas. C'est déjà ça...»

  • 1975
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Retour à la terre (Tome 1)

    «L'avenir n'est plus ce qu'il était, a écrit Arthur C. Clarke. Eh oui ! La S.F. de papa a cédé le pas à la S.F. de fiston, une S.F. chevelue, contestataire, lucide, plus terre à terre (ou, ce qui revient au même, plus Terre à Terre), une S.F. qui devient de plus en plus (je parle de la bonne, bien sûr !) le vecteur des idées écologiques, des combats écologiques.... Je ne veux pas dire que les textes ici représentés soient "engagés" dans cette direction, je veux dire simplement qu'ils l'annoncent, qu'ils possèdent une coloration qui sera bientôt celle de tous les récits majeurs d'une science-fiction qui est en train de tourner sa veste, qui s'est dépouillée de ses oripeaux, de son armure de fausse futurologie. Certes, la plupart des nouvelles de Retour à la Terre parlent de la fin du monde, mais elles semblent nous avertir que la fin du monde sera verte ou ne sera pas. C'est déjà ça...»

  • 1973
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Le temps des grandes chasses

    Ils sont une centaine, vingt «mains», comme ils disent. Ils se nomment eux-mêmes le Clan des «Hommes». Ils vivent dans un pauvre village, isolé au sein d'une vaste forêt dont les dimensions sont celles du monde connu. Ils subsistent grâce à la cueillette, la pêche, la chasse. Mais qui sont-ils, en réalité ? Et où véritablement vivent-ils ? Il faudra que surviennent d'étranges envahisseurs vêtus de fer et chevauchant d'effrayants «oiseaux de métal» pour que Roll, jeune Chasseur devenu gibier, découvre enfin, après un long périple qui l'entraîne bien loin de son univers, la vérité sur le destin de son peuple. Précédemment publié en 1973, ce roman épique et poétique est le second de Jean-Pierre Andrevon.

  • 1969
    Denoël - Collection Présence du Futur

    Les Hommes-machines contre Gandahar, Une aventure de Sylvin Lanvère

    À Gandahar, le royaume le plus agréable de la planète Tridan, ils vivaient heureux et en paix. Pour se déplacer, ils utilisaient des insectes géants. Et ils avaient renoncé à la science pour se consacrer aux plaisirs et aux arts. Mais un jour, un message d'alarme fut lancé par les oiseaux-espions : les Hommes-Machines, les terribles robots destructeurs étaient en marche vers Gandahar ! Un conte de fées moderne qui est également le premier exemple français d'une «science-fantasy» à l'américaine, où se sont illustrés Jack Vance, Roger Zelazny, Philip José Farmer...

  • Langage-tangage

    Au pied de la lettre

  • Atelier de presse - Collection Collection L'atelier noir

    Le trésor de Paititi Picchu, roman