Olivier MARTINELLI

  • Auteurs francophones
  • Français

Présentation

Professeur de mathématiques, Olivier Martinelli a enseigné à la Réunion, à Paris, Avignon et Nîmes, avant de revenir en 2003 à Sète, comme professeur au collège Paul Valéry, où il fut élève.

Auteur de plusieurs romans et de nombreuses nouvelles, il a été lauréat du prix des Lecteurs de Deauville en 2012 avec La nuit ne dure pas et a obtenu le prix de la ZEC avec L’Ombre des années sereines en 2016. L’Homme de miel (2017) a été  « coup de cœur » de quarante librairies en France et en Belgique.

Bibliographie

  • 2019
    Robert Laffont - Collection PASSE-MURAILLES

    Mes nuits apaches

    Je me sentais indestructible. J'étais fort, rapide et coureur de fond. C'était comme si toute la matière qui me constituait entrait en résonance avec la musique. Et ce soir, j'étais prêt à pardonner à tous ceux qui m'avaient fait du mal. Par leur absence, leur façon de m'oublier. Je crois bien que j'étais prêt à me pardonner moi-même. Jonas traverse sa jeunesse et son adolescence comme un long tunnel jalonné de déceptions, de pertes et de frustrations. Jusqu'à ce qu'une lueur éclaire son chemin. Celle, éblouissante, du rock. Désormais, tout va changer. Son look, les filles, les nuits, l'avenir… Mes nuits apaches est le premier roman rock de la collection « Les Passe-Murailles », où la voix brûlante du jeune héros, impatient de vivre, jaillit dans l'air de soirées saturées de décibels, pour venir résonner à l'intérieur de votre poitrine.

  • 2017
    Christophe Lucquin éditeur - Collection C LUCQUIN

    L'homme de miel

    « Mon cancer s'écrit myélome et je ne peux m'empêcher de penser « miel homme ». Il me paraît plus doux, du coup, moins agressif. Grâce à lui, je me sens comme un héros Marvel. Je suis l'Homme de miel. » Olivier vit à Sète, dans le sud de la France. Un coup de fatigue et une analyse sanguine plus tard, il apprend qu’il est atteint d’une maladie rare dont l’issue est souvent fatale : le myélome. Olivier Martinelli aborde le sujet difficile et craint de la maladie. Mais ce n’est pas un texte pénible, bien au contraire, sa très belle écriture, simple et poétique, et son humour affûté emplissent ces quarante-neuf courts chapitres d’une énergie absolument positive qui prend le lecteur par la main. Le résultat en est un très joli petit livre, de ceux qui parlent facilement à tout le monde et qui touchent en plein cœur. Surtout, il passe un message important et assez simple finalement : face au pire, tout ce qu’il reste à un homme, c’est vivre. Ce premier roman qu'Olivier Martinelli n'a pas décidé d'écrire, pour reprendre ses mots, a la force de supplanter la maladie. Il n'y a aucune illusion, la vérité est regardée en face et affrontée, il y a les bas, mais les hauts reviennent toujours au galop avec une énergie débordante. L'Homme de miel est un livre qui fait du bien, un livre utile, un livre super-héros.

  • 2015
    Manufacture de livres - Collection POLICIERS

    Quelqu'un à tuer

    2014, Paris, Arthur, se raconte. Son père, Gael Castilla, a disparu quand il avait deux ans en 1967. Amoureux de Camille, ils décident de vivre ensemble, lui le fils d’ouvrier, elle la princesse aristocratique. Naturellement cela ne marchera pas, Arthur accumule les échecs, et sombre peu à peu dans l’addiction. Un jour sa mère, Louise, lui dit qu’un homme peut l’aider, un sculpteur qui a bien connu son père, un certain Ignacio Obregon. 1936, Espagne, Ignacio, une vingtaine d’années au moment de la guerre d’Espagne, s’engage pour combattre le franquisme. Il est fou amoureux depuis toujours de Candela son amie d’enfance. Ignacio connaîtra le pire dans la guerre, il tuera et il tuera encore, des jeunes de son âge et avec la même peur dans les yeux.

  • 2015
    ZINC PARIS - Collection BETON ARME

    L'Ombre des Années Sereines

  • 2011
    13ème note éditions - Collection 13EME NOTE EDIT

    La nuit ne dure pas, roman

    Le premier roman français publié par 13e Note, l’instantané d’une jeunesse en quête d’absolu, de rock au vitriol et de cul tendre. J’ai su tout de suite que j’allais tourner mal. Le train filait droit vers moi. Il filait vite. Il filait droit…comme une chanson de Johnny Cash. Sa silhouette s’épaississait. Je me tenais là, tout près des rails, sur mes pieds douloureux à cause des Converse et de la longue promenade que je venais de faire en bordure de voie. J’allais me jeter devant lui et il m’emporterait. Il emporterait tout ce qui encombrait ma tête. Terminus l’Enfer. Je ne voulais pas mourir de mort lente. Terminus l’Enfer.Tout ce que je méritais.

  • 2009
    SINGULIERES - Collection ROMAN

    D'or est leur silence, roman policier

  • 2007
    POUSSIERE - Collection Vinyle

    En face de préguise

  • 2006
    POUSSIERE

    Fanzine

  • Éd. Editauteur

    Comme un creux