Karoline GEORGES 🇨🇦

  • Pays à l'honneur : Canada (2018), Auteurs francophones
  • Canadienne

Premierchapitre.fr vous offre la possibilité de découvrir gratuitement le premier chapitre d'un des ouvrages de l'auteur

Lire l'extrait

Présentation

Née en 1970 à Montréal, Karoline Georges a d’abord enseigné la danse contemporaine avant d’étudier l’interdisciplinarité en art, le cinéma et la vidéo, puis l’histoire de l’art. Aux confins de multiples genres et disciplines artistiques, elle amorce une démarche artistique multidisciplinaire où se côtoient la vidéo, l’art audio, la photographie, la littérature et, plus récemment, la modélisation 3D. Ses œuvres ont été présentées à travers le Canada, en Europe et en Amérique, et elle a reçu, en 2012, le Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec, puis de nombreuses autres distinctions, dont le FutureFest Art Prize au Royaume-Uni, en 2016.

Comme son site le souligne, elle est inspirée « par les théories évolutionnistes mises en lumière par les éclats et les dérives du transhumanisme », et ses œuvres sont « peuplées de créatures de la science, de consciences informatiques, d’avatars numériques, de clones et d’androïdes en quête d’une expérience de transcendance ». Dans La Mue de l’hermaphrodite (Leméac), son premier roman paru en 2001, Harmony Mésange est « contraint de justifier son crime », « enregistré et numériquement disséqué » par des « observateurs judiciaires invisibles ». Alto, son éditeur québécois, évoque pour Ataraxie « un huis clos insolite où s’affrontent animalité et posthumanisme ». Et dans Variations endogènes (Alto), des personnages « animés par des intentions cruelles, sadiques, morbides ou masochistes […] s’apprêtent à mourir ou à commettre l’irréparable »

Sous béton (Alto), finaliste au prix des libraires du Québec en 2012, réédité en poche en avril 2018 chez Gallimard (Folio SF), met en scène un enfant « enfermé dans une minuscule cellule, au 804 du 5969e étage de l’Édifice. Autour de lui, que du béton, sans ouverture sur l’extérieur ». Dans ce roman, comme dans les autres, servie par une prose à la poésie implacable, Karoline Georges interroge le devenir de l’humain à travers une expérience littéraire inédite, dont personne n’émerge indemne. Dans De synthèse, son tout nouvel ouvrage (Alto), ses personnages traversent l’écran « pour se transformer en image grâce à son avatar numérique, en quête d’absolu ». Le roman vient d’être récompensé, excusez du peu, par le Prix Jacques-Brossard de la science-fiction et fantastique et le Prix Aurora-Boréal 2018 !

Karoline Georges est indéniablement l’une des écrivaines les plus passionnantes de l’imaginaire canadien français d’aujourd’hui.

Bibliographie

  • 2017
    Alto Voce

    Ataraxie

    Une perfectionniste en quête du sublime est séquestrée par son amant, qui la livre aux sévices de Rosette, la coiffeuse tortionnaire. Sans ciller et avec un aplomb sidérant, Karoline Georges nous entraîne dans un huis clos insolite où s’affrontent animalité et posthumanisme.

  • 2017
    Alto Voce

    De Synthèse

    L’une s’immobilise devant les fenêtres de sa maison en banlieue avec le poids de la mort au creux du ventre; l’autre cherche à traverser l’écran pour se transformer en image grâce à son avatar numérique, en quête d’absolu. L’une a donné naissance à l’autre, qui tente maintenant de renaître à travers un corps virtuel, loin de la morosité du nid familial. Récit d’une lumineuse lucidité propre à ouvrir les consciences et à faire vibrer les âmes, De synthèse met en lumière l’aboutissement d’une relation filiale du point de vue d’une femme-image renouant avec sa famille au moment où sa mère entre en phase terminale, au terme d’une longue période de dégénérescence. C’est une histoire de corps, de disparition, de reflets, de composition et de décomposition. C’est l’histoire d’une image à parfaire, par-delà le désastre de la chair.

  • 2014
    Alto Voce

    Variations endogènes

    Ils sont nombreux. Parmi eux, l'une attend sa naissance, l'autre est à l'apogée de son existence. Il y a quelques fous, des amants, un milliardaire, des enfants livrés à eux-mêmes. Ils sont animés par des intentions cruelles, sadiques, morbides ou masochistes. Ils tendent des pièges, mettent en scène leurs fantasmes, s'épuisent à poursuivre un idéal illusoire. Ils sont isolés. Ils s'apprêtent à mourir ou à commettre l'irréparable. Ils sont peut-être déjà morts. Assemblés avec minutie par une auteure au regard aussi tranchant qu'une lame, les quatorze tableaux de Variations endogènes forment un fascinant cabinet de perversités.

  • 2011
    Alto Voce

    Sous béton

    Depuis sa naissance, l'enfant est enfermé dans une minuscule cellule, au 804 du 5969e étage de l'Édifice. Autour de lui, que du béton, sans ouverture sur l'extérieur. Et deux présences : le père qui s'abrutit de plus en plus et la mère qui redoute l'expulsion. Immobile dans son dortoir, l'enfant est bouleversé par une transformation qui lui révélera un horizon inattendu. Dans une prose à la poésie implacable, Karoline Georges interroge le devenir de l'humain à travers une expérience littéraire inédite, à la frontière du récit d'anticipation et du roman d'apprentissage futuriste. Personne n'émerge indemne de Sous béton.