Patrick K. DEWDNEY

  • Auteurs francophones (hors Canada)
  • Français

Présentation

Patrick K. Dewdney est né en Angleterre en 1984 et vit en France depuis l’âge de sept ans. Il a publié Neva, chez les Contrebandiers, Mauvaise Graisse, chez Geste éditions, ainsi qu’un recueil de poésies, Perséphone Lunaire.

Programme

25 Mai 2018

Bibliographie

  • 2018
    Au diable Vauvert - Collection Littérature générale

    Le cycle de Syffe, tome 2, La peste et la vigne

    Adolescent sans famille, Syffe est réduit à l’esclavage, dans une époque de guerres et de grandes épidémies. Lorsque la peste s’abat sur les mines où il est prisonnier, il trouve l’occasion de prendre la fuite. Une seule idée l’obnubile, retrouver Brindille, son amour d’enfance, captive des énigmatiques Feuillus. Son périple mouvementé au travers des Primautés de Brune le conduira à se faire tour à tour instructeur, vagabond et mercenaire, tandis qu’il assiste, impuissant, aux tourments d’un pays déchiré par la guerre civile.

  • 2018
    Au diable Vauvert - Collection Littérature générale

    L'enfant de poussière

    Le cycle de Syffe. La mort du roi et l’éclatement politique qui s’ensuit plongent les primautés de Brune dans le chaos. Orphelin des rues qui ignore tout de ses origines, Syffe grandit à Corne-Brune, une ville isolée sur la frontière sauvage. Là, il survit librement de rapines et de corvées, jusqu’au jour où il est contraint d’entrer au service du seigneur local. Tour à tour serviteur, espion, apprenti d’un maître-chirurgien, son existence bascule lorsqu’il se voit accusé d’un meurtre. En fuite, il épouse le destin rude d’un enfant-soldat. Déjà lauréat des prix Imaginaire de la 25e Heure du livre 2018 et du prix Julia Verlanger 2018, il a reçu le prix Pépite du roman au festival de Montreuil 2018.

  • 2017
    Manufacture de livres - Collection TERRITORI

    Ecume

    Le fils se demande si aujourd'hui le père serait capable de regarder en arrière, et de se rendre compte du chemin qu'ils ont parcouru ensemble, vers les limites. Il ne le pense pas. Non, il ne pense pas que le père soit capable d'envisager quoi que ce soit qui n'ait pour finalité davantage de mer et de sel. Ce qui a été infligé en route est secondaire. Qu'ils finissent tous deux noyés, que les poissons éventrés hurlent en silence tandis qu'il leur arrache les organes un à un. Rien ne peut rivaliser avec l'immensité de l'eau ni le murmure de l'écume. Le déséquilibre est écrasant. À bord de La Gueuse, un navire de pêche vétuste, un père et son fils livrent une lutte quotidienne contre un océan mourant, charriant tour à tour poissons et réfugiés. La démence de l'un vient nourrir la solitude de l'autre. Fouettés par les embruns de l'Atlantique, deux mondes irréconciliables affrontent l'abysse.

  • 2015
    Manufacture de livres - Collection TERRITORI

    Crocs

    Il emprunte la glaise des sous­-bois. À l’heure qu’il est, on est probablement à ses trousses. Sa course vient parfois frôler les villages endormis, l'asphalte visqueux des routes. Le cabot l'escorte et la pioche meurtrit son épaule. Comme il n'a aucun autre compagnon, c'est à eux qu'il murmure le Plateau, les trajectoires perdues et les mémoires effacées. Quelque part à l'issue du chemin, il y a le Lac et le vacarme du Mur. Qui attend. Le Mur n’est autre qu’un barrage, et le Plateau est celui des « mille sources », stratifié, préservé, où des blocs rocheux monolithiques surgissent parfois des landes ou au milieu des forêts. Ce roman s’écoule à la façon d’un compte à rebours en direction d’un but sur lequel la netteté se fera au cours des dernières lignes, compte à rebours entrecoupé de flash-back offerts comme des images figées qui tournent dans la tête du narrateur. Lui a quarante ans, après une féroce jeunesse de luttes, d’engagement total - ses « années loup » - il a rejoint le troupeau. Mais vivre résigné en attendant la mort, il n’y est pas parvenu. Révolte sociale, marginalité, appétit de liberté se sont fracassés sur les réalités du monde. Alors il est traqué. Et c’est vers le barrage qu’il fuit, pour « trouer ce monde et tout noyer. ». En lisant les dernières pages de ce roman, on songe au barrage du roman Un bon endroit pour mourir, de Jim Harrison. Patrick K. Dewdney nous invite à examiner au plus près le microcosme inouï qui grouille, la matière qui se désintègre pour se régénérer, l’impensable vie qui anime l’eau. Pour nourrir les racines de son roman, l’auteur s’est isolé dans une cabane, peu avant l’automne, aux abords du lac en question, afin de poser les premiers mots, les premiers blocs. La nature et l’homme qui se débat dans cette complexité dans l’espoir de venir à bout de ses propres démons, ou de les mettre à l’œuvre par tous les moyens. Un fugitif qui se dévoile petit à petit - marginal ? casseur ? zadiste ? terroriste ?- une course dans les paysages millénaires du massif central, Patrick K. Dewdney nous entraîne vers les abîmes de la condition humaine moderne. Mais cette terrible descente est pleine de fureur, de poésie et même de majesté.

  • 2013
    Geste - Collection Le geste noir

    Mauvaise graisse

  • 2007
    Contrebandiers - Collection POCHE

    Neva