Sandrine ALEXIE

  • Auteurs francophones
  • Française

Présentation

Née en 1965, Sandrine Alexie a étudié l’art de l’islam à l’École du Louvre, ainsi que la langue et la culture kurdes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Elle est l’auteur d’un roman, Kawa le kurde (L’Harmattan, 2005), et a traduit deux ouvrages de littérature classique kurde, Mem et Zin, d’Ahmedê Khani (L’Harmattan, 2001), et Us et coutumes des Kurdes, de Mahmoud Bayazidi (Geuthner-l’Asiathèque, 2015).

L’Appel des Quarante,
premier opus de « La Rose de Djam », une série de fantasy historique revisitant un mythe soufi, paraîtra en avril 2019 aux éditions L’Atalante.

Présence au festival

  Matin Après-midi
23 Mai 2019 Absente Absent
24 Mai 2019 Absente Présente
25 Mai 2019 Présente Présente
26 Mai 2019 Présente Présente

Programme

26 Mai 2019

Bibliographie

  • 2019
    L'Atalante
    ( - Tome 1 : La Rose de Djam)

    L'Appel des Quarante

    « Imagine que tu retrouves la coupe ? Une fois la Rose de Djam en ta possession, serais-tu tentée d’en user ?– Euh... Tu veux dire pour voir dedans ?– Évidemment ! Pas pour y boire un cru syrien ! »Elle eut soudain l’impression que quarante esprits la sondaient.Yokhannân insista :« Hé bien ! Si tu pouvais accéder à tous les secrets de l’univers, d’un seul coup d’oeil, n’y succomberais-tu pas ?– Je ne crois pas, dit Sibylle, en rejetant une mèche de son front et en lui rendant son regard. Je ne suis pas certaine qu’ils soient tous agréables à regarder. » L’histoire de la Rose de Djam, ou comment la coupe qui détenait tous les secrets de l’univers fut perdue et retrouvée, est un volet de la longue histoire des Quarante, lequel commença dans un château syrien tenu par des seigneurs normands, où vivait la plus improbable des créatures terrestres qu’on pouvait charger de cette mission : Sibylle de Terra Nuova. Une fresque historique qui mêle à foison cultures, langues et religions. Un roman jubilatoire.

  • 2005
    L'Harmattan - Collection Lettres kurdes

    Kawa le Kurde, roman

    Affligé aux épaules de deux serpents, le roi Zohak faisait sacrifier tous les matins deux jeunes gens pour nourrir ses monstres de cervelle humaine. La légende raconte que trois chevaliers, déguisés en médecins, épargnèrent une victime sur deux en substituant sa cervelle à celle d'un mouton. A la fin du règne de Zohak, un forgeron nommé kawa, dont seize fils avaient été sacrifiés, se révolta quand son dernier enfant fut capturé. De cette légende, l'auteur donne ici une version reliée à l'histoire contemporaine du Kurdistan, le "Pays-des-mots-gelés", le pays où la langue kurde interdite, traquée, niée, se fige et gèle dans la bouche des hommes.

  • 2003
    L'Harmattan - Collection Lettres kurdes

    Mem et Zîn

    Dans la province du Botan, un jeune kurde, Mem, s'éprend de la s ur du prince, la belle Zîn. Celle-ci partage son amour passionnée, mais les intrigues du traître Bekir déclenchent l'hostilité du prince qui refuse leur union. Autour des deux jeunes gens, Ahmedê Khanî dépeint les fastes et la grandeur d'une cour princière kurde du XVIIè siècle, avec ses fêtes, ses banquets, ses chasses, ses faits d'armes Tiré d'une légende populaire, ce chef-d' uvre est le premier manifeste national de la littérature kurde et un grand poème d'amour mystique.