Juan-Miguel AGUILERA

  • Illustrateurs et artistes
  • Français

Présentation

Né à Valence en 1960, Juan Miguel Aguilera est dessinateur industriel et y possède sa propre étude, créée avec l’illustrateur Paco Roca.

Aguilera commence par écrire avec Javier Redal : ils publient ensemble une série de romans et de nouvelles qui explorent le monde d’Akasa-Puspa, un lointain amas globulaire. Ils accèdent rapidement au succès. L’un de leurs romans sera traduit en France, sous le titre Les Enfants de l’éternité. Après plusieurs textes publiés en duo, Aguilera abandonne l’univers d’Akasa-Puspa et passe à l’écriture en solo avec la nouvelle El Bosque de hielo (publiée en 2001 dans le n° 22 de la revue Galaxies). Le texte gagne en 1995 le prix Alberto-Magno de l’Université du Pays Basque. Il est à nouveau récompensé en 1997 par le Prix Ignotus de la meilleure nouvelle. Aguilera écrit ensuite son premier roman en solo, La Locura de Dios, publié en 1999 en Espagne et qui se voit également décerner le Prix Ignotus la même année. Le livre est réédité en collection de poche et attire l’attention des éditions Au diable vauvert. Publié en 2001 sous le titre La Folie de Dieu, il remporte un vif succès auprès du public français. Aguilera interrompt un moment l’écriture de romans pour se consacrer à un scénario, tiré de son roman Naufragos. Le film, réalisé par María Lídon, est tourné en partie à Los Angeles et sort en Espagne en 2001 sous le titre Stranded. Malheureusement, il ne sera pas distribué en France.

Juan Miguel Aguilera s’attelle de nouveau à l’écriture, avec une production riche et variée. Plusieurs années durant, il voit ses romans traduits et édités en France avant qu’ils ne soient publiés en Espagne, pour le plus grand plaisir des lecteurs de l’hexagone. Sylvie Miller, qui a contribué à le faire découvrir en France, a par ailleurs rassemblé plusieurs de ses nouvelles dans une anthologie de SF hispanique, Dimension Espagne (éditions Rivière Blanche).

L’œuvre d’Aguilera comprend à la fois des récits de fantasy historique et des épopées de space opera, comme Le Filet d’Indra (L’Atalante, 2012), au travers desquels il explore la thématique du voyage et de l’altérité. Il aime développer les rencontres avec des cadres inhabituels, des cultures différentes ou des êtres considérés comme étranges. Juan Miguel Aguilera se définit lui-même comme un « explorateur de mondes ».

Share