Stéphanie Nicot présente les Imaginales 2017

Affiche

Lors d’une interview pour ActuSF, Stéphanie Nicot – Directrice Artistique des Imaginales – a répondu aux questions de Chloé Girodon.

 

Cette interview a été l’occasion de revenir sur ce qui fait des Imaginales un festival exceptionnel et plébiscité par les auteurs, comme les festivaliers. Mais elle a également fait l’objet d’une annonce spéciale, à savoir l’annonce du Coup de Cœur des Imaginales 2017 : Aurélie Wellenstein.

L’interview complète est disponible sur le site d’ActuSF à ce lien : interview , et en voici quelques extraits….

 

ActuSF : Après la (r)évolution, le thème sera (Destin)Nations. Deux mots forts accolés pour en créer un troisième qui nous invite au voyage. Qu’est-ce que revendique / défend l’édition 2017 des Imaginales avec ce thème ?

 

Stéphanie Nicot : En fait, nous sommes partis, Stéphane Wieser et moi-même, de l’idée de voyage(s). Puis, avec l’aide de notre chargée de communication, nous avons validé le mot Destinations. C’est ensuite que nous nous sommes aperçus qu’il y avait aussi, dans ces destinations, du destin et de la nation ! Ailleurs qu’aux Imaginales, ces sujets dérivés pourraient apparaître polémiques (et ils le sont parfois), mais, comme chacun peut le constater, il y a à Épinal un étrange micro-climat1 : on peut y parler de tout, avec la volonté d’écouter, d’échanger, de réfléchir, de nuancer … Donc, on parlera de nation(s) et de destin(s), mais avant tout de voyage, de tous les voyages : dans les étoiles, sous terre, dans le temps : le voyage intérieur propre au fantastique, le voyage spatial cher au space opera, ou le voyage initiatique des récits de fantasy !

 

ActuSF : Julien Delval réalise l’affiche de cette 16e édition. Les Imaginales ont déjà une grande et longue histoire avec cette illustrateur / dessinateur n’est-ce pas ?

 

Stéphanie Nicot : J’ai toujours adoré le travail de Julien Delval. Pour moi, c’est l’un des tout meilleurs dans le domaine de la fantasy épique. La preuve : je lui ai acheté les originaux des deux premières anthologies que j’ai réalisées pour les Imaginales et les éditions Mnémos : Roi & Capitaines et Magiciennes & Sorciers (2009, 2010)3. Il a également réalisé la couverture de l’anthologie de 2011, Victimes et Bourreaux. Stéphane Wieser et moi-même avions déjà évoqué avec lui notre intention de lui confier l’affiche du festival, et cela s’est fait cette année, pour Destinations.

 

ActuSF : Y aura-t-il des thèmes mis en avant cette année dans les tables rondes ? Des focus particuliers sur des artistes ou des éditeurs, peut-être ?

 

Stéphanie Nicot : le thème est connu : Destinations. Mot-valise, polysémique, ouvert sur le(s) monde(s), tout concourt à donner de l’ampleur à cette édition des Imaginales. C’est un thème qui se décline aussi bien en fantastique (voyage intérieur), qu’en science-fiction (voyage spatial ou temporel), ou en fantasy (voyage initiatique). On parlera aussi de nations et de destins, ceux des êtres humains et ceux des peuples. Au-delà du thème de l’année, la richesse de l’imaginaire s’exprimera de multiples façons. Nos rendez-vous habituels avec les éditeurs seront là : speed dating auteurs-éditeurs (il est temps de s’inscrire, les places étant limitées), présentation d’une maison d’édition par elle-même (Gulf Stream cette année), débat sur la place des agents littéraires et table ronde autour de l’appel à des « États Généraux de l’imaginaire », que Stéphane Wieser et moi-même avons signé avec enthousiasme …

Share