IMAGINALES 2016 : Interview Diane et Sandra (par Orfilinn)

Diane OZDAMAR et Sandra VIOLEAU sont des habituées du festival. Toutes deux illustratrices, elles participent pour la seconde année consécutive à l’élaboration de la fresque sous la Bulle du livre. La réalisation de cette œuvre collaborative va les solliciter durant les 4 jours du festival, avec Fabien Fernandez, qui est également aux pinceaux et qui en coordonne la réalisation.

Tout d’abord : c’est quoi, cette histoire de fresque ?

Sandra : Le but est de peindre une œuvre pendant les 4 jours du festival et de s’inspirer du thème de l’année. C’est notre façon à nous d’animer : les gens nous regardent peindre en direct.

Diane : Sandra a tout parfaitement résumé ! C’est aussi un beau moment de partage entre artistes d’horizons variés, le challenge est de pouvoir conjuguer nos différents univers pour en faire ressortir une œuvre cohérente.

Comment avez-vous travaillé ensemble, avec Fabien, sur le projet de cette année ?

Sandra : Comme chaque année, on se contacte par email environ un mois en avance échanger des idées et commencer un croquis. Cette fois on a décidé de faire notre esquisse comme un « cadavre exquis ». L’un de nous commence un bout du dessin et les autres continuent ensuite en se basant sur ce que le premier à fait.

Diane : C’est un processus très intéressant, très libre, qui permet d’explorer des pistes qu’on n’aurait pas forcément osé aborder si on s’était mis des barrières d’entrée de jeu. Le procédé du cadavre exquis laisse une place importante à l’imaginaire, et nous offre également la possibilité de ne pas nous cloisonner chacun sur une partie de la fresque mais d’en occuper tout l’espace en mêlant nos différents univers.

Pouvez-vous nous dévoiler quelques éléments, quelques détails sur le thème de cette année ?

Sandra : Il y aura de la magie, du fantastique bien sûr ! Et des animaux. L’année dernière on avait eu des méduses, des poissons et un superbe poulpe. Cette fois encore on va s’inspirer de nos amis les bêtes pour enchanter le festival.

Diane : Il y a des petites touches de créatures mythologiques, de folklore nord-américain notamment, mais je ne vais pas en dire trop, ça sera à découvrir sur le salon. Par ailleurs, nous sommes pour l’instant encore dans la phase du cadavre exquis, nous ne savons donc pas encore à quoi ressemblera l’image finale !

Habituellement réalisée par 4 personnes, la fresque sera réalisée cette année par trois artistes. Cela relève-t-il le challenge ? Comment allez-vous vous organiser, entre la fresque et les dédicaces ? 

Sandra : Il faudra peut-être se donner un peu plus à fond, mais il y a tellement une bonne ambiance de travail que je suis confiante. On s’arrangera pour que chacun ait le temps de rencontrer son public tout en avançant la fresque.

Diane : Je ne me fais pas de souci non plus ! Ça sera peut-être même l’occasion de travailler différemment en optant pour un aspect plus impressionniste à certains endroits, d’explorer d’autres techniques nous permettant de compenser notre nombre réduit. On peut en faire une force en s’organisant bien, et trouver le temps de dédicacer entre deux coups de pinceau !

 

Fabien fernandez, Sandra Violeau et Diane Ozdamar devant la fresque terminée © Imaginales 2016

Quels sont respectivement vos projets en cours ?

Sandra : Je travaille sur des projets de livre pour enfants et de bande dessinée, toujours sur des thèmes fantasy/fantastique/conte. Et puis je me suis prise d’affection pour les faire-part de naissance ou de mariage. Du coup je jongle entre le monde de l’édition et les particuliers qui veulent des dessins pour leurs évènements.

Diane : Je n’ai pas beaucoup de temps actuellement pour me consacrer à de gros projets d’illustration, étant donné que mes journées sont occupées par mon travail d’infographiste, et mes soirées/weekends par la préparation de concerts avec mon groupe, du coup ça se limite plutôt à des illustrations personnelles pour le moment. Mais j’espère pouvoir terminer une série de peintures en vue d’une exposition en fin d’année.

Revenir aux Imaginales, ça vous fait quoi ?

Sandra : Super plaisir ! C’est un festival humain où on fait plein de rencontres que ce soit des auteurs qui partagent leur expérience ou des passionnés avec qui le contact se fait facilement. Je suis ravie d’être de retour encore cette année.

Diane : Je n’aurais pas dit mieux ! Ravie d’y retourner également, j’avais découvert les Imaginales l’année dernière et avais été très agréablement surprise par l’ambiance particulièrement conviviale, les échanges très enrichissant avec les auteurs et visiteurs, ainsi qu’avec les organisateurs du festival.
Et c’est un grand plaisir de pouvoir à nouveau travailler sur la fresque en compagnie de Sandra et Fabien !

Share