Imaginales 2017

le festival des mondes imaginaires

16ème édition, du jeudi 18 au dimanche 21 mai 2017 à Épinal

Archives

Yal Ayerdhal…

Photo Daniel Visse, Imaginales 2014

 

Les Imaginales perdent un ami 

 

Le monde de l’imaginaire est en deuil. Yal Ayerdhal, l’un des meilleurs auteurs de sa génération,[1] est décédé le 27 octobre 2015 des suites d’un cancer. En ce moment, nous pensons à ses proches, et tout particulièrement à Sara Doke, sa compagne.

 

La Ville d’Épinal, élus et organisateurs du festival, appréciaient tous son grand talent, sa forte personnalité, et sa totale disponibilité.

 

Écrivain apprécié des Imaginales et de son public, Yal était l’invité permanent de la Ville d’Épinal ; à une année près, il aura irrigué le festival de 2003 à 2014. Il se sentait vraiment bien à Épinal, et nous avec lui.

 

Ayerdhal est l’auteur de romans de science-fiction aussi brillants que La Bohême et l’Ivraie, Mytale, L’Histrion, Sexomorphoses, Balade choreïale, ou Étoiles mourantes.[2] Parleur, sa seule grande incursion en fantasy, est un chef d’œuvre. Ses thrillers lui ont également valu de toucher un large public avec Transparence, Résurgence, Rainbow Warriors et Bastards, l’une de ses très grandes réussitesEt tant d’autres récits, romans et nouvelles.

 

Ayerdhal n’hésitait pas à aborder des sujets rarement traités avant lui. Sollicité par Libération, qui demandait aux auteurs français de science-fiction d’imaginer le futur proche, Ayerdhal préféra le choc des mots aux platitudes : il écrivit au « je » le parcours tragique d’un laissé-pour-compte passé au terrorisme. Le texte divisa la rédaction du quotidien, et fut publié de justesse. Rétrospectivement, ce texte prend hélas une tonalité prémonitoire :

http://www.liberation.fr/cahier-special/1997/04/05/l-an-2000-un-nouveau-millenaire-l-occasion-de-solder-ses-comptes-et-de-payer-ses-dettes-et-a-l-echel_203396

 

Pour Ayerdhal, même si cela choque ou dérange, la littérature a le droit, et même le devoir, de provoquer si elle a pour ambition sincère d’alerter.[3]

 

Ayerdhal était aussi l’un des hommes les plus féministes de sa génération. Sans en tirer la moindre gloire (pour lui, l’égalité, c’était naturel), il avait su mettre en scène des personnages féminins très forts (Qui pourrait oublier Anne X, l’héroïne émouvante et terrifiante à la fois de Transparence ?). Il n’hésitait pas non plus à sortir des sentiers battus du genre, comme dans L’Histrion en imaginant le personnage d’Aimline.

 

S’il était le plus chaleureux des hommes, notre ami Yal détestait la mièvrerie et les fausses convenances. Lui rendre hommage, c’est se souvenir de lui tel qu’il était, vrai, sincère, souvent révolté par les hypocrisies et les injustices. Syndicaliste aussi avec l’association Le Droit du serf. Récemment, à l’occasion d’une interview,[4] il citait une phrase de Jean-Paul Sartre qui lui tenait à cœur : « La fonction de l’écrivain est de faire en sorte que nul ne puisse ignorer le monde et que nul ne puisse s’en dire innocent ».

 

Ceux qui ont eu la chance de connaître Ayerdhal, de le rencontrer ou simplement de partager avec lui un café littéraire, une séance de signatures ou un échange impromptu, se souviendront toujours de lui.

 

Avec Ayerdhal, c’est l’une des grandes voix de l’imaginaire qui vient de s’éteindre. Celle d’un auteur engagé, au talent immense, mais toujours soucieux des autres.

 

 

[1] Grand Prix de l’imaginaire 1993 et 2004, Prix Ozone 1998 et 2000, Prix Tour Eiffel 1999, Prix Michel Lebrun 2004, Prix Rosny aîné 2013 et 2014, Prix Bob-Morane 2014.

[2] Écrit en collaboration avec Jean-Claude Dunyach (Prix Tour Eiffel 1999).

[3] Demain une oasis, anticipation à très court terme publiée en 1992, alertait déjà ; relue en 2015, elle confirme qu’un artiste authentique devine l’air du temps avant les autres !

LE PALMARES !

 

PRIX IMAGINALES 2015

Créé en mai 2002 à l'initiative de la Ville d'Epinal, le Prix Imaginales est le premier prix exclusivement consacré à la fantasy en France. Le jury est composé de deux représentants de la Ville d’Épinal et de quatre journalistes, critiques et spécialistes du genre ; il départage les meilleures œuvres de fantasy dans six catégories, et les lauréats reçoivent tous un prix doté.*

Cette année encore, le jury a eu fort à faire, tant la qualité des œuvres nominées était évidente. Mais le jury, comme il se doit, a tranché. Voici donc les lauréats du prix Imaginales 2015 : 

 

Roman francophone : Manesh de Stefan Platteau (Les Moutons Electriques).

Roman étranger traduit : Comme un conte de Graham Joyce*, trad. Louise Malagoli (Bragelonne).

Jeunesse : La Voie des oracles dEstelle Faye** (Scrineo)

Illustration : Hélène Larbaigt pour L’étrange cabaret des fées désenchantées (Mnémos « Ourobores »)

Nouvelle : Père-des-Pierres (novella) d’Orson Scott Card, trad. Jean-Daniel Brèque (L’Atalante)

Prix spécial du Jury : Vincent Ferré, pour le recueil Lire J.R.R. Tolkien (Pocket) et la supervision de la nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux (par Daniel Lauzon, chez Christian Bourgois)

 

La remise des prix Imaginales 2015*** aura lieu, sur les lieux du festival,

samedi 30 mai, à 19 heures.

 

 

*Nous avons une pensée émue pour Graham Joyce, écrivain britannique au talent immense, qui nous a hélas quittés en 2014 et à qui le jury a tenu à rendre hommage.

 

**Sélection du Prix Imaginales des lycéens 2015, dont elle a été l’un des deux finalistes, Estelle Faye est également le « coup de cœur » 2015 des Imaginales !

 

***À cette occasion, le Prix « Une autre Terre » sera également remis au récipiendaire, et les Prix Imaginales des lycéens, des collégiens et des écoliers, remis les 28 et 29 mai en présence des jeunes jurés, seront de nouveau salués à cette occasion.

Le Prix Imaginales des lycéens 2015 a été attribué à...

 

 

Fabien Cerutti, pour Le Batard de Kosigan (Éditions Mnémos)

Les Imaginales félicitent très chaleureusement le lauréat, et remercient tous les auteurs de la sélection qui ont offert aux jeunes jurés de très belles heures de lecture, et permis des délibérations aussi respectueuses que passionnées. À l’invitation de la ville d’Épinal, tous ces auteurs seront présents pour rencontrer leurs lecteurs.*

 

Prix Imaginales des lycéens, édition 2015,

en partenariat avec le magazine Phosphore.

 

Le PIL, Un processus pour et par les lycéens, avec le soutien de leurs professeurs…

Les lycéens, tout au long de l’année scolaire 2014-2015, ont lu les six ouvrages en compétition, avant de procéder dans leurs établissements, début avril, à un premier vote qui a placé en tête deux ouvrages :

Le Batard de Kosigan, de Fabien Cerutti (Éditions Mnémos), et La Voie des oracles, d’Estelle Faye (Éditions Scrineo), le « coup de cœur » 2015 des Imaginales.

Mardi 28 avril 2015, les jeunes délégués se sont réunis au Lycée Louis-Lapicque d'Épinal, en présence de leurs professeurs, afin de procéder à la délibération finale.

 

Un prix créé par les enseignants et géré par les lycéens !

Organisé dans le cadre du Festival Imaginales, le Prix Imaginales des lycéens (surnommé le PIL) a été créé en 2005 à l'initiative de deux professeurs de lettres du Lycée Louis-Lapicque d'Épinal ; Véronique Bart, agrégée de lettres modernes, en est la coordinatrice. Le PIL regroupe une vingtaine d’établissements scolaires des quatre départements lorrains : Vosges, Meurthe-et-Moselle, Moselle et Meuse. Deux autres établissements hors Académie de Nancy-Metz s’y sont associés.

La sélection est rendue publique à la rentrée scolaire par le comité de lecture du prix (six professeurs de lettres et de documentation et la directrice artistique du festival). En savoir plus :   

http://www.imaginales.fr/pages/prix-imaginales-des-lyceens

 

Un prix Imaginales à part entière :

Le Prix Imaginales des lycéens (qui bénéficie d’une bourse de 500€, attribuée par le Conseil Régional de Lorraine), contribue à favoriser le goût de la lecture, et à faire connaître les Imaginales aux jeunes et à leurs familles ; il ne pourrait exister sans l’enthousiasme des lycéens, l’engagement de leurs professeurs, le soutien de nombreux proviseurs et l’appui des éditeurs.

 

Le prix Imaginales des lycéens sera remis jeudi 28 mai, à Épinal, en présence du lauréat (Magic Mirrors 1, Jardins du Cours).

 

*François Baranger le samedi, Fabien Cerutti, Estelle Faye, Jean-Luc Marcastel, Stefan Platteau, Carina Rozenfeld dès le jeudi matin.

 

L’Anthologie des Imaginales est de retour !

Trolls & Licornes

(Saison 7)

 

Cette année, c’est Jean-Claude Dunyach qui succède à Lionel Davoust et à Sylvie Miller aux commandes de l’anthologie annuelle des Imaginales, publiée comme chaque année par les éditions Mnémos. Notre anthologiste a rassemblé quelques-unes des plus fines plumes de la fantasy française pour évoquer trolls ou licornes, ou parfois imaginer des rencontres surprenantes entre des créatures que tout, apparemment, oppose.

Huit nouvelles, un poème et une variation inspirée de Molière nous entraînent entre les mondes où s’affrontent les Dieux, dans les bas-fonds parisiens hantés par des créatures magiques, dans les forêts où des êtres dissemblables peuvent apprendre à voyager ensemble… Sans oublier un certain festival vosgien dont les visiteurs ne sont pas toujours ce que l’on croit.

 

 

Trolls & Licornes ? Un panorama de la fantasy vivante,[1] avec Raphael Albert, Pierre Bordage, Lionel Davoust, Jeanne A. Debats, Silène Edgar, Estelle Faye, Sophie Jomain, Sylvie Miller / Philippe Ward, Olivier Paquet, et Adrien Tomas.

 

[1] L’anthologie sera disponible en avant-première aux Imaginales, et présentée lors d’un café littéraire au Magic Mirrors 1, samedi 30 mai, à 15 heures.

 

Le "coup de coeur" 2015 des Imaginales !

Estelle Faye

 

Au moment de décerner le « coup de cœur » des Imaginales, comme nous le faisons chaque année pour saluer un auteur d’imaginaire dont la carrière prometteuse nous semble devoir rencontrer le grand public, Estelle Faye nous est apparue comme une évidence (elle fait d’ailleurs partie de la sélection 2015 du Prix Imaginales des lycéens). Précédée par une réputation flatteuse, l’auteure s’impose aujourd’hui comme l’une des plumes les plus brillantes de l’imaginaire contemporain.
 

 

Le goût de la diversité…
Certains écrivains sont l’auteur d’un seul livre, décliné à l’infini sous divers masques. À l’inverse, Estelle Faye n’hésite pas à explorer des pistes nouvelles, et à changer de registre ; passée du récit de fantasy baroque (Porcelaine) à la science-fiction post-apocalyptique (Un éclat de givre), elle n’hésite pas à mêler les genres dans sa toute nouvelle trilogie, La Voix des Oracles : roman de fantasy profondément ancré dans le contexte historique de la Gaule romaine du Ve siècle, c’est un récit où « les dieux, les faunes, les magiciens... existent réellement et croisent les légionnaires, les mendiants de Subure et les Empereurs romains ! ».
 

Estelle Faye, auteure aussi littéraire que romanesque !
Confronté à des univers aussi divers, le lecteur pourrait se demander ce qui fait la force de l’œuvre naissante d’Estelle Faye. À l’évidence, ce sont ses personnages, non conformistes, son style, toujours soigné, et la qualité de ses descriptions, rare à une époque où les romanciers les réduisent souvent à leur plus simple expression. Les histoires d’Estelle Faye ont une autre qualité : elles « font voyager, avec de l’aventure, de l’action, de l’émotion, des intrigues, et des héros humains avec leurs défauts et leurs doutes ».
 

Bienvenue au « coup de cœur » des Imaginales 2015 !

 

Stéphanie Nicot
Directrice artistique

 

Bibliographie
La Voix des Oracles (Thia, tome 1), Scrineo, 2014 (Le tome 2 paraîtra pour les Imaginales…)
Un éclat de givre, Les Moutons électriques, 2014
Porcelaine, légende du tigre et de la tisseuse, Les Moutons électriques, 2013, prix Imaginales 2013 de la meilleure couverture (Amandine Labarre), prix Elbakin 2013 du meilleur roman français
La Dernière Lame, Le Pré aux clercs, 2012

http://www.estellefaye.fr

A NOTER / Estelle Faye sera présente aux Imaginales dès jeudi 28 mai, à 10 heures, pour le « coup d’envoi » du festival, et participera à de nombreux cafés littéraires, dont le « one woman show » du samedi 30 mai, à 11 heures.

Épinal, du 28 au 31 mai 2015…

Bienvenue aux Imaginales !

 

Déjà, le monde de l’imaginaire, les sites spécialisés, et les réseaux sociaux bruissent de mille bruits, trahissant votre impatience : quel programme nous préparent-ils, cette année encore, à Épinal ? Quels nouveaux auteurs allons-nous découvrir ? Quel pays invité ont-ils choisi ? Quels livres « bouleversifiants » l’équipe du festival a-t-elle repérés ?

 

Des retrouvailles pour les habitués, une découverte pour les nouveaux festivaliers…

L’accueil aux Imaginales, vous le savez déjà pour l’avoir vécu, ou parce qu’on vous l’a dit, c’est une vraie proximité avec vos auteurs préférés ! Au festival des mondes imaginaires, sous la Bulle du livre, il y a un bar ouvert à tous, où se mêlent écrivains, éditeurs  et festivaliers ; à Épinal, les invités ne sont pas « mis sous cloche » : ils sont avec vous, chaque jour, dans les hôtels et les restaurants, mais aussi dans plein de lieux secrets (en particulier pour nos petits déjeuners avec un invité étranger, limités à 20 inscrits) qui vous seront communiqués au fur et à mesure.

Pour vous offrir cette année encore (c’est la quatorzième édition, déjà !) le plaisir de découvrir vos écrivains français préférés, des auteurs étrangers prestigieux (la grande Robin Hobb est de retour, avec Brent Weeks, nouvelle étoile de la fantasy américaine), et les chocs littéraires que nous avons eus ces derniers mois (dont notre coup de cœur, qui sera révélé la semaine prochaine…), nous vous préparons un programme fantastique ; en quatre jours, c’est plus de 100 cafés littéraires, tables rondes, conférences-débat, petits déjeuners-débat, expositions (et des signatures à foison !) qui vous attendent. Sans oublier notre speed dating, l’occasion comme chaque année de rencontrer en tête-à-tête plusieurs éditeurs qui, au vu de votre premier manuscrit, vous donneront des conseils précieux. Et du cinéma, des expositions, des spectacles…

 

Quoi de neuf, en 2015 ?

Désormais, il y a un thème aux Imaginales ! Pas un thème restrictif, fermé, pointu, excluant, bien sûr ; le thème du festival, nous l’avons évidemment voulu, à l’image de la Ville d’Épinal, ouvert, grand public, incitatif, inclusif… Mieux : il tient en un seul mot, décliné à l’infini… En 2015, notre thème, c’est Mutation(s).

Mutation(s) de nos sociétés, entre inquiétude et espérance (Que sera notre futur ?), mutations des individus, en particulier à l’adolescence (les quêtes initiatiques), mais aussi mutation(s) lorsque des personnages apparemment banals se révèlent, pour faire face à des situations exceptionnelles, plus grands qu’ils ne l’auraient pensé eux-mêmes ; et voici les héros imprévus, improbables ou décalés, chers à la fantasy moderne ; mutation(s) d’un individu, ou d’un groupe aussi. Sans oublier les mutations qui font d’un humain, au choix, un vampire, un loup-garou, un zombie ou un surhomme (On se demandera aussi, à l’occasion d’un café littéraire, où sont les « sur-femmes »…). Changement de nos mondes, de nos modes de vie, de nos croyances, de nos corps… Mutation(s) !

Pour fêter cette quatorzième édition, vous verrez aussi arriver une toute nouvelle bulle du conte, destinée à une mise en valeur de l’oralité, et pour donner aux contes et aux légendes leur lieu dédié, même si rien n’empêche de s’y livrer aussi à la lecture d’extraits de romans ou de nouvelles.

 

Notre pays invité : le Royaume-Uni

Après l’Allemagne et l’Espagne, c’est un troisième pays européen qui est le pays invité des Imaginales en 2015. Et cette fois-ci, c’est une forte délégation (six auteurs) qui mettra en valeur une nation qui rayonne depuis longtemps sur l’imaginaire mondial ; avec Wells, Tolkien puis Rowling, la fantasy et la SF britanniques influencent bel et bien le monde entier. Plus d’un courant novateur y est né, et les écrivains maniant la langue de Shakespeare restent parmi les plus inventifs de la planète.

Deux auteurs historiques de la SF anglaise seront donc présents : Paul J. McAuley, un écrivain qui sait ce que mutation(s) veut dire et qui interroge avec brio notre futur, et Christopher Priest, l’une des signatures majeures de la SF anglaise, qui a fait une forte impression sur notre public lors de sa première venue, en 2014. Deux autres belles signatures seront parmi nous : jamais présent encore aux Imaginales, Charles Stross est l’un des maîtres de la science-fiction contemporaine ; Kim Newman, lui, est l’un de ceux qui a le plus renouvelé et bousculé l’image du vampire, mêlant cette imagerie aujourd’hui classique à une première guerre mondiale revisitée.

Enfin, le festival a tenu à inviter deux belles révélations de la jeune littérature britannique. De la fantasy urbaine brillantissime avec M. R. Carey (vous ne regardez plus jamais un zombie sans penser à Mélanie, la petite « affam » surdouée !) et de la fantasy épique avec Richard Ford, une révélation (servi par une éblouissante couverture de Benjamin Carré).[1]

 

Très bientôt… Les Magic Mirrors seront de retour !

Trois mois ? Oui, plus que trois mois à patienter avant de retrouver les Magic Mirrors, l’Espace cours, et la Bulle du Livre, avec ses libraires, ses auteurs, ses stands, son bar convivial (et pas cher !). Sans oublier l’accueil festival – les invités y récupèrent leur dossier, les festivaliers y trouvent programme et informations utiles –, les Cinés palace, le Planétarium, la Bulle du jeu, et de nombreux lieux d’exposition dans la ville : Galerie du Bailli, Musée de l’image, BMI, Centre culturel, Espace Cours, Bulle du livre, restaurants, hôtels, etc.).

Et nos partenaires habituels vous proposeront le dîner insolite (le 27 mai), les ATP du théâtre (avec Lancelot, le chevalier de Merlin, le 28 mai), sans oublier les rencontres nationales du Body painting (le 31 mai) …

Trois mois ? Oui, mais n’ayez crainte : le château sera toujours là, surplombant la ville (on le retrouve cette fois encore sur l’affiche, signée Grégory Delaunay), comme les gravots de la Moselle, qui vous attendent, la rivière n’en finissant pas de couler sagement pour apporter sa contribution au charme de la Ville d’Épinal !

 

 

À bientôt, aux Imaginales !

Stéphane Wieser, directeur du festival, & Stéphanie Nicot, directrice artistique

 

[1] Nos partenaires éditeurs nous ont aidé à faire venir plusieurs auteurs britanniques et américains ; c’est l’occasion de les remercier tous : L’Atalante (éditeur de M.R. Carey), Piranha (éditeur de Charles Stross), Pygmalion (éditeur de Robin Hobb), et Bragelonne (éditeur de Richard Ford, Kim Newman et Brent Weeks).

L'affiche 2015 par Grégory Delaunay

Affiche de la 14ème édition des Imaginales

signée par Grégory Delaunay

Après des grands noms de l’illustration (Caza, Manchu, Siudmak…), les Imaginales ont souvent confié leur visuel à de jeunes illustrateurs de talent, comme Krystal Camprubi ou Alexandre Dainche et Magali Villeneuve. Cette année, nous avons choisi de présenter un jeune auteur atypique au parcours multiple, Grégory Delaunay, qui symbolise lui-même le thème de notre édition : MUTATION(S).

Grégory Delaunay est né  en 1971 à Reims mais a toujours vécu en Provence. Il s'installe comme peintre illustrateur, expose ses aquarelles dans plusieurs galeries de Provence, illustre des guides de découverte dans le parc naturel du Verdon.  Également passionné de bande-dessinée, il publie, avec trois amis, deux BD sur les légendes de Provence. Il fait la rencontre de Michel Crespin avec qui il travaillera sur la suite de Troubadour, projet qui ne verra malheureusement pas le jour, mais cette rencontre lui permettra de progresser en couleur et le marquera dans sa démarche artistique.

Pendant trois ans, il publie une bande-dessinée sur une saga Viking qui paraîtra tous les trois mois en Maison de la Presse dans la revue "La Passion des Couteaux". Ce projet lui fait  découvrir la forge, et il deviendra coutelier pendant presque 10 ans, forgeant couteaux, épées en damas aux manches sculptés.

Mais la passion du dessin l'emporte et il arrête la forge pour revenir à son premier métier : l'illustration. En 2012, il réalise de A à Z  Sylf, un roman illustré fantasy, ayant la forge pour thème principal. Fin 2013, il signe un contrat avec les éditions Sandawe, pour une série de BD "Les Contresang", en collaboration avec le scénariste Olivier Vachey. Le premier tome, Arken, sortira fin août 2015.

Prix Imaginales des collégiens 2015…

Encore une belle sélection !

À l’occasion de sa septième édition, le PIC (Prix Imaginales des collégiens) promet une fois encore d’entraîner de nombreux collèges dans sa ronde romanesque…

Les récits choisis sont très diversifiés : fantasy épique, fantasy urbaine, science-fiction dystopique… On y trouve des écrivains expérimentés et un premier roman. Avec les six auteurs de talent retenus par le comité de lecture, c’est une année scolaire aux couleurs des Imaginales qui attend les collégiens participant à l’opération.

Cette liste a été élaborée par des enseignants de lettres et de documentation qui ont choisi les ouvrages sur des critères objectifs de qualité, mais en ayant toujours à l’esprit une question majeure : ces livres pourront-ils plaire à nos élèves ? Au vu de leur choix, nous savons que cette sélection sera débattue avec passion par les élèves-jurés !

Nous remercions pour leur enthousiasme, et le temps consacré à la lecture des nombreux ouvrages soumis à leur sagacité, Martine Mapps (coordinatrice du prix), Carine Charles, Catherine Pano, Emmanuelle Parmentier,  Barbara Plantagenet, Laetitia Thiéry.

L’aventure du prix Imaginales des collégiens va se poursuivre avec de nombreux élèves des collèges de l’Académie de Nancy-Metz qui s’engagent avec le festival Imaginales et la Ville d’Épinal. Soutenus par leurs professeurs et leurs proviseurs, qu’on ne remerciera jamais assez de participer à cette belle aventure littéraire et pédagogique, les collégiens lorrains vont se plonger avec entrain dans les romans qui leur sont proposés.*

Les ouvrages de la sélection 2015 :

Samantha Bailly.- Souvenirs perdus. Tome 1, Étrangère (Syros)

Martine Carteron.- Les Autodafeurs (Le Rouergue)

Alain Grousset.- Gigante (L’Atalante)

Johan Heliot.- Les Substituts (Le Seuil)

Érik L’Homme.- Terre-Dragon (Gallimard)

Jean-Luc Marcastel.- Praërie. Tome 1, Le Monde des Sinks (Scrinéo)

 

Bonnes lectures à toutes et tous !

Stéphanie Nicot, directrice artistique des Imaginales

 

* Les établissements désireux de participer au Prix Imaginales des collégiens s’adresseront à Martine Mapps, fondatrice et coordinatrice du prix : martine.mapps@laposte.net

 

Prix Imaginales des lycéens 2015…

La sélection dévoilée !

Pour sa onzième édition, le PIL (Prix Imaginales des lycéens) a une fois de plus mis les petits plats dans les grands en faisant le pari d’une sélection ambitieuse. Les professeurs, qui seront à nouveau partie prenante du PIL tout au long de cette année scolaire 2014-2015, le constateront très vite : la qualité littéraire et narrative des romans proposés est impressionnante !

Les récits choisis sont très diversifiés : fantasy épique, fantasy urbaine, science-fiction aventureuse et même de la fantasy qui flirte avec le roman historique. Des sujets, des styles et des écritures qui entraîneront nos jurés lycéens dans une cavalcade romanesque propre à donner envie de lire à toutes et tous. Au final, ce sont six romans passionnants, et six auteurs de talent, qui ont été retenus par le comté de lecture ; on y trouve tout aussi bien des écrivains expérimentés que de nouveaux auteurs.

Cette sélection doit tout au comité de lecture, composé d’enseignants de lettres et de documentation, et d’un parent d’élève. Nous les remercions pour les échanges passionnés – et le temps consacré ! – à la lecture des nombreux ouvrages soumis à leur sagacité : Véronique Bart, Véronique Bieau, Edwige Fourny, Ève Bonnard, Emmanuel Robert, Bruno Salvador.

Une fois de plus, l’aventure du prix Imaginales des lycéens va commencer, avec de nombreux élèves des lycées de l’Académie de Nancy-Metz qui, cette fois encore, s’engagent avec le festival Imaginales et la Ville d’Épinal qui l’organise, avec l’appui du Conseil régional qui dote désormais le prix. Soutenus par leurs professeurs et leurs proviseurs, qu’on ne remerciera jamais assez de participer à cette belle aventure littéraire et pédagogique, les lycéens lorrains vont pouvoir se plonger dans les romans qui leur sont proposés.*

Les ouvrages de la sélection 2015 :

- Dominium Mundi, François Baranger, Critic

- Le Batard de Kosigan, Fabien Cerruti, Mnémos

- La Voie des oracles, Estelle Faye, Scrineo

- Les Enfants d’Erebus, Jean-Luc Marcastel, J’ai lu

- Manesh, Stefan Platteau, Les Moutons électriques

- La Symphonie des abysses, Carina Rozenfeld, Robert Laffont

 

Bonnes lectures à toutes et tous !

 

Bernard Visse, directeur, et Stéphanie Nicot, directrice artistique des Imaginales

 

* Les établissements désireux de participer au Prix Imaginales des lycéens s’adresseront à Véronique Bart, agrégée de Lettres, fondatrice et coordinatrice du prix : verobart@sfr.fr

Un cadeau d’été pour les lecteurs !

Notre ami Lionel Davoust, fidèle (et brillant) traducteur des auteurs anglo-saxons du festival depuis 2002*, est aussi devenu un écrivain apprécié.

Afin de fêter la sortie, fin août, de son nouvel ouvrage, La Route de la conquête (Éditions Critic), Lionel vient de placer en diffusion gratuite, librement téléchargeable sur son site, une nouvelle de fantasy urbaine, L'île close. Variation sur le mythe arthurien, référentielle et irrévérencieuse à la fois, ce texte a été couronné du prix Imaginales en 2009 (il a aussi fait partie de la sélection finale du grand prix de l’Imaginaire), puis traduit en anthologie aux États-Unis, podcasté sur Utopod, et devenu un objet d'étude scolaire et universitaire. 

C’est à cette adresse : http://lioneldavoust.com/telechargements/bonus/

(où se trouvent également ses autres textes en diffusion libre).

Le texte est sous licence CC-By-NC-ND (diffusion libre, gratuite, sans contrepartie commerciale).

Bonne lecture !

 

* Il assurera la traduction de Robin Hobb, première invitée américaine de l’édition 2015.

Page 1 sur 7