Présentation

Ce mot aux multiples sens, surtout lorsqu’il est employé au pluriel, constitue un défi à notre compréhension du monde et à notre compréhension de l’autre. L’imagination, autant qu’on puisse la mesurer, est ce qui différencie l’être humain de toutes les espèces vivantes. Elle est au centre de toutes les croyances de toutes les collectivités humaines .

  • Mais comment se forment les croyances ?
  • Nous sont-elles imposées et si oui, comment ?
  • Les choisissons-nous  et si, oui, pourquoi et comment ?
  • Sont-elles individuelles ou collectives ?

Autant de questions qui peuvent se résumer en un double questionnement

  • Que savons–nous de ce que nous croyons ?
  • Comment croyons-nous en ce que nous savons ?

Toutes ces interrogations peuvent émerger lorsque, sans a priori, nous nous approchons de nos croyances et surtout lorsque nous nous sentons interpellés par celles des autres.

Cette thématique choisie par les Imaginales Maçonniques et Ésotériques pour l’année 2018 nous a permis de réunir un ensemble d’intervenants qu’ils soient poètes, écrivains, philosophes, sociologues, historiens, psychanalystes, chercheurs nous permettant de multiples regards croisés sur de multiples croyances et autant de cosmogonies dans une programmation éclectique à même de faire surgir de multiples réflexions.

Après la proclamation et la remise du prix Cadet Rousssel 2018 à 15h et, à tout seigneur, tout honneur, car en effet, elle est au commencement, ce sera à la poésie qu’il reviendra d’ouvrir ces journées le Vendredi 25 mai à 16h en la personne de Richard Rognet dont le dernier recueil « Les frôlements infinis du monde » touchent au plus intime de nos croyances. Il sera suivi par Claude Vautrin et Laurent Dehaffreingue qui affirmeront leur foi en la franc-maçonnerie après la parution de leur livre « On ne naît pas franc-maçon, on le devient ».

Le samedi matin 26 mai, le psychanalyste Frédéric Vincent qui éprouvera la force et la chevalerie en la personne du « Jedi » et Laurence Vanin, philosophe, qui interrogera notre foi en l’homme à travers l’œuvre de Rudyard Kipling,  « Le Livre de la Jungle » .
Le samedi après midi, les chercheurs seront sollicités pour nous informer sur les chamans et les sorcières avec Georges Bertin et sur les croyances américaines depuis 400 ans avec Lauric Guillaud. Ils seront suivi par Gérard Krebs, collectionneur passionné, et ses fétiches africains dont il nous parlera passionnément et dont notre association a suscité la magnifique exposition qui quittera le Lycée Claude Gelée, enrichie de l’apport lycéen, pour rejoindre le 22 mai la galerie du Bailli, Place des Vosges .
Ensuite, Jacques Ravenne, co-auteur avec Eric Giacometti de la cultissime saga du commissaire Marcas, qui entame leur nouvelle série « Le cycle du soleil noir » dont le premier volume« Le Triomphe des Ténèbres » vient de sortir , nous entraînera dans les arcanes de l’occultisme nazi .

Le dimanche matin 27 mai, l’historien régionaliste Jack Chollet nous régalera de l’histoire de la dévôterie et de la franc-maçonnerie en évoquant les francs-maçons de Bruyères au siècle des Lumières.

Lui succéderont Jean-Luc Marcastel, auteur français confirmé de fantasy et Lauric Guillaud, chercheur qui analyseront ensemble l’Imaginal de l’Apocalypse puis Hélène Larbaigt, auteure et affichiste du merveilleux et Georges Bertin, chercheur qui croiseront leurs expériences des « Fées et fééries » .

Le dimanche après-midi, Fabienne Brugère, philosophe nous questionnera tout naturellement sur ce « Qu’est-ce qu’être sceptique ? ». Stefan Platteau, brillant auteur belge de fantasy et Frédéric Vincent, psychanalyste fermeront ces trois journées dans une étude comparée « Des Ogres et des Astres » .

A l’issue de cette 6° édition des Imaginales Maçonniques et Esotériques, nous n’aurons pas la prétention d’avoir épuisé les problématiques des croyances à travers les quelque 14 conférences proposées mais d’avoir suscité en chaque participant des interrogations et des réflexions dont il ne se savait pas porteur.

Chacun a tendance à trouver absurdes les croyances de l’autre, Montesquieu le disait déjà « Comment peut-on être persan ? » or c’est dans l’absurdité que gît la surdité.

Notre association ,qui s’assigne comme objectif la construction d’une humanité meilleure et plus éclairée, espère, avoir contribué, pendant ces journées à lever cette surdité en permettant aux uns la meilleure connaissance des autres et à tous une meilleure compréhension du monde, le leur et celui des autres.

Jacques Oréfice
Président des Imaginales Maçonniques et Ésotériques

Invités

Médias