Un festival, c’est un peu comme une série télé dont les scénaristes s’activent dès la fin du dernier épisode de la saison en cours ! Pas de relâche, mais le scénario de la saison suivante à bâtir aussitôt.[1]

Chaque année, le choix qui nous fait stresser / flipper / battre le cœur  (rayez les mentions inutiles), c’est le choix des artistes chargés de réaliser l’affiche de la nouvelle édition. And the winner is… Alexandre Dainche et Magali Villeneuve, couple à la vie et à la ville ! Nous avions découvert ces deux artistes il y a quelques années, en particulier leurs illustrations des couvertures des éditions Griffe d’Encre ; les voici chargés de symboliser les Imaginales 2013, mêlant une vision quasi réaliste du château d’Épinal aux grandes figures de la fantasy : une magicienne, un dragon et une cité mystérieuse. Avec, en prime, des montgolfières s’élevant dans le ciel.

Convivialité à tous les étages…

Pas de surprise, en revanche, sur la convivialité made in Imaginales, devenue notre label qualité ; on garde tout, et on recommence : la fresque, le speed dating auteurs / éditeurs, l’anthologie annuelle, le coup de cœur, l’ouverture à la BD, au roman historique, à la bit-lit… Sans oublier les prix Imaginales, aussi bien ceux de notre jury professionnel que ceux des collégiens et des lycéens.

En 2013, on poursuivra donc dans la belle voie tracée depuis 2002 : le parc, les bords de la Moselle, les deux Magic Mirrors (lieux emblématiques de nos cafés littéraires !), l’Espace Cours (au menu : exposition, tables rondes et conférences-débat), la Bulle du livre (dédicaces, ventes d’ouvrages, stands de partenaires, bar du festival…), la bulle des jeux, etc. On continuera aussi à s’intéresser à des secteurs nouveaux ; le conte vous a plu ? On remettra le couvert !

On vous promet enfin nos Histoires à lire quand les enfants sont couchés, nos stages de formation (écriture, illustration…), des petits déjeuners, des déjeuners et des dîners-débats (dans la version de ces trois dîners insolites d’exception), et bien d’autres initiatives encore.

2013, bienvenue à l’Allemagne !

En 2013, on lancera encore des idées nouvelles. Chaque année, un pays sera désormais invité aux Imaginales ; en 2013, nous débuterons par l’Allemagne, en partenariat avec le Salon du livre de jeunesse de Sarrebruck et dans le cadre du Cinquantenaire du Traité de l’Elysée. D’ores et déjà, Nina Blazon et Andreas Eschbach sont annoncés (surveillez le site : d’autres noms devraient s’y ajouter bientôt).

Les maîtres de l’imaginaire français seront là : Ayerdhal, Francis Berthelot, Pierre Bordage, Charlotte Bousquet, Fabrice Colin, Jean-Claude Dunyach, Alain Grousset, Johan Heliot, Jean-Philippe Jaworski, Xavier Mauméjean, Justine Niogret, Cristina Rodriguez, Carina Rozenfeld, Sire Cédric, Adrien Tomas, Jean-Michel Truong…

Nous n’oublions pas ceux qui ont fait la SF française du XXe siècle : P.J. Hérault, l’un des piliers de la mythique collection Anticipation du Fleuve Noir (1951–1997), sera des nôtres. Alors que trois éditeurs (Bragelonne, Critic, Rivière Blanche) ont commencé à rééditer ses meilleurs romans, il nous fait l’amitié de venir à Épinal ; cette grande plume de la littérature populaire évoquera sa longue carrière au service de l’imaginaire, permettant ainsi aux jeunes lecteurs de le découvrir.

Et les auteurs jeunesse ? Outre les écrivains qui partagent leur œuvre entre récits pour adultes et romans pour la jeunesse (Fabrice Colin, Charlotte Bousquet...), les six auteurs nominés au prix Imaginales des collégiens et cinq des six auteurs nominés au prix Imaginales des lycéens seront présents dès le jeudi 23 mai ; ils participeront aux cafés littéraires et tables rondes, signeront leurs ouvrages et rencontreront des classes accompagnées de leurs professeurs.

Des invités étrangers de haut vol !

Elle n’est encore jamais venue en France. Pourtant, Gail Carriger se taille un très joli succès avec les aventures d’Alexia Tarabotti, une série de fantasy urbaine décalée et jubilatoire (quatre romans parus chez Orbit). Ses fans, nombreux, se réjouissent ; les autres vont découvrir une auteure éblouissante.

Le space opera passionne toujours : Alastair Reynolds, qui était déjà venu nous voir en 2003, alors qu’il était une toute jeune signature, est aujourd’hui l’un des grands de la science-fiction britannique. Avec lui, nous rêverons à nouveau d’espaces infinis…

Et la fantasy épique ? Pas de panique : cette fantasy-là sera également présente, et même fort bien représentée avec Ken Scholes (Prix Imaginales 2012), qui a lui aussi choisi les Imaginales pour sa première venue dans un festival français.

Des cafés littéraires, des tables rondes, des conférences…

Les Imaginales préfèrent un imaginaire en liberté à une thématique unique, trop restreinte à notre goût. Mais quelques thèmes seront malgré tout mis en avant en 2013. Nous aurons tout le temps d’en parler l’année prochaine…

Vous nous pardonnerez d’avoir été un peu bavards : les Imaginales 2013, c’est déjà demain !

 

[1] En fait, pour certains auteurs étrangers, on travaille déjà sur 2014…